Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Epic dévoile l'Unreal Engine 5, et le rend gratuit avant le premier million de dollars de revenus

Vidéo Epic vient de donner un premier aperçu de l'Unreal Engine 5. La prochaine version de son moteur bénéficiera d'un système lui permettant d'importer des modèles 3D gigantesques, de plusieurs milliards de polygones, et de les redimensionner automatiquement sans intervention manuelle. La gestion de la lumière a également été grandement simplifiée et rendue plus réaliste. Côté business, l'utilisateur du moteur est désormais gratuite avant le premier million de dollars de chiffre d'affaires, un appel du pied à destination des indépendants et petits studios.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Epic dévoile l'Unreal Engine 5, et le rend gratuit avant le premier million de dollars de revenus
Epic dévoile l'Unreal Engine 5, et le rend gratuit avant le premier million de dollars de revenus © Epic

La prochaine génération de consoles de jeu sera accompagnée d'une nouvelle génération de moteurs 3D. L'entreprise Epic a présenté le 13 mai une première démonstration de l'Unreal Engine 5, dont la sortie est prévue en 2021. Elle tourne sur la PlayStation 5 de Sony et tire parti entre autres de ses capacités de stockage SSD de pointe (avec une vitesse et un débit de lecture et écriture inégalé). Mais, au-delà du jeu vidéo, les deux principales innovations présentées profiteront aussi au milieu du cinéma et aux usages professionnels du moteur pour la conception industrielle ou l'architecture.

Import de modèles de très grande taille et redimensionnement automatique

La démonstration se nomme "Lumen in the Land of Nanite", en référence aux deux innovations suscitées. La première, Nanite, est une technologie de virtualisation de la géométrie à base de micropolygones qui permet concrètement d'importer des modèles 3D de très grande taille (jusqu'à "des milliards de polygones", d'après Epic) directement dans le moteur, sans avoir à les convertir et/ou les simplifier à la main. Fichiers sortis directement de ZBrush, scans photogrammétriques bruts, fichiers CAO... Tout est géré directement par le moteur, qui streame et redimensionne la géométrie en temps réel "sans perte de qualité".

La démonstration s'appuie d'ailleurs beaucoup sur des environnements générés par Quixel Megascans, qu'Epic a racheté en novembre 2019. La densité de polygones est tellement élevée dans la démonstration qu'on obtient "des triangles de la taille d'un pixel". Les textures ne sont pas en reste, avec une technologie de virtual texturing qui peut gérer des textures 8K. Sur le papier, c'est une avancée révolutionnaire pour les artistes et les développeurs au budget limité, pour lesquels la gestion des ressources en nombre de polygones ou en taille de modèles a toujours été un casse-tête. Dans les faits, reste à voir les contraintes lors d'une utilisation en conditions réelles.

 

 

Une gestion simplifiée de la lumière

L'autre système mis en avant, Lumen, gère l'illumination globale d'une scène de façon dynamique. Cela permet des effets de lumière réalistes en cumulant différentes formes de diffusion et réflexion dans des environnements très détaillés et allant de l'échelle du millimètre à celui du kilomètre. Dans la démonstration, Epic déplace par exemple l'angle du soleil ou montre ce que donnerait l'équivalent d'une lampe torche dans une cave. Là encore tout est en temps réel, sans préparation de la scène avant d'y ajouter les effets de lumière. Le rendu final est le même que celui vu dans l'Unreal Editor. A noter que ce système ne s'appuie pas sur le ray tracing, souvent présenté ces dernières années comme la technologie ultime pour avoir une illumination globale réaliste.

Pas de royalties sur le premier million de dollars de chiffre d'affaires

Lors de la démonstration Epic, vante également un nouveau système de déformation automatique pour simplifier l'animation de personnages et la rendre plus fluide, ainsi qu'une nouvelle simulation de fluides (assez peu convaincante). Mais l'autre grande annonce est surtout la décision de ne pas prélever de royalties sur les applications utilisant UE5 tant qu'elles n'ont pas dépassé un chiffre d'affaires d'un million de dollars. La barre était précédemment placée à 5 000 dollars par trimestre. Ce changement s'applique aussi à la version actuelle du moteur (UE4) et est rétroactive au 1er janvier 2020. C'est une incitation majeure pour les développeurs indépendants, qui favorisent généralement plutôt son concurrent Unity. Il faut dire que le business model d'Epic (prélever 5% de royalties sur les ventes) a surtout de l'intérêt pour les titres générant beaucoup d'argent, ce qui rend cette décision plutôt logique.

L'Unreal Engine 5 sera compatible avec les consoles actuelles, les consoles de prochaines générations, les ordinateurs utilisant Windows et Mac OS, et les appareils mobiles tournant sous Android ou iOS. Une version "preview" sortira début 2021, avec la première version complète prévue pour le second semestre 2021. Evidemment, les projets débutés sur UE4 seront pleinement compatibles avec UE5.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media