Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Ericsson attaque Wiko pour violation de brevets

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le suédois Ericsson accuse le fabricant de smartphone Wiko d'avoir utilisé ses technologies brevetées sans payer de licence. Faute d'accord à l'amiable avec la société française (à capitaux chinois), il vient de saisir la justice allemande. Wiko ne cache pas sa surprise alors que des négociations étaient en cours.

Ericsson attaque Wiko pour violation de brevets
Ericsson attaque Wiko pour violation de brevets © Wiko

Lorsqu'il s'agit de défendre sa propriété intellectuelle, Ericsson n'est pas tendre. L'équipementier télécom suédois dispose d'un portefeuille de 42 000 brevets dont il tire des revenus conséquents –  plus de 700 millions de dollars par an. Et il n'hésite pas à s'attaquer aux entreprises qui utilisent ses technologies sans passer à la caisse. On se souvient de sa guerre avec Apple conclue par un accord en 2015, ou de son litige avec Samsung.

 

Le suédois met désormais en cause le franco-chinois Wiko, qui utiliserait des technologies d'Ericsson sur la 2G, 3G et 4G depuis sa création en 2011 sans payer de droits de licences ou s'acquitter de redevances. Ericsson dit avoir engagé des discussions avec Wiko dès mai 2013 sans parvenir à conclure un accord. Alors, le 14 août, il a haussé le ton en saisissant les cours régionales de Dusseldorf et Mannheim en Allemagne pour violation de brevets.

 

wiko espère un réglement à l'amiable

Le suédois, dans un communiqué, dit avoir été patient avec Wiko, un de ces "nouveaux entrants du marché des smartphones qui ont rapidement bâti des business à succès", commente Gustav Brismark d'Ericsson. "Il n'est pas juste que Wiko bénéficie de nos efforts en R&D sans payer de droits de licence raisonnables", ajoute-t-il. Ericsson est également en conflit avec le chinois TCL, un autre nouvel acteur des smartphones.

 

Interrogé par L'Usine Digitale, Wiko dit "avoir toujours souhaité conclure avec Ericsson une licence à des conditions qui sont justes, raisonnables et non-discriminatoires". La société "regrette qu’Ericsson annonce maintenant avoir opté pour une approche plus agressive en poursuivant Wiko en contrefaçon de brevets en Allemagne" et assure "ne pas avoir encore reçu d’assignation". Le franco-chinois se déclare "confiant sur le fait de pouvoir transiger cette affaire à l’amiable".
 

Wiko, success-story franco-chinoise

Créé en 2011, Wiko propose des smartphones d'entrée et milieu de gamme fabriqués en Chine, le pays de son actionnaire principal Tinno Mobile. La marque, présente dans une quarantaine de pays, a écoulé 10 millions d'appareils en 2016. Elle compte plus de 500 salariés.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale