Essilor condamné à 81 millions d'euros d'amende pour avoir refusé de vendre ses verres en ligne

L'Autorité de la concurrence a prononcé une lourde amende à l'encontre du verrier, qui a abusé de sa position dominante entre 2009 et 2020 pour refuser d'accorder aux sites de vente en ligne de lunettes les mêmes conditions qu'aux opticiens. Des pratiques commerciales jugées discriminatoires.

Partager
Essilor condamné à 81 millions d'euros d'amende pour avoir refusé de vendre ses verres en ligne

Sept ans après s'être saisie du sujet, l'Autorité de la concurrence a condamné Essilor pour avoir "mis en œuvre des pratiques commerciales discriminatoires visant à entraver le développement en France de la vente en ligne de verres correcteurs". La sanction pour Essilor International s'élève à 81 067 400 euros, dont 15,4 millions d'euros d'amende infligés à sa maison mère depuis 2018 EssilorLuxottica, condamnée solidairement.

Abus de position dominante

L'Autorité de la concurrence reproche à Essilor d'avoir refusé de vendre ses verres aux opticiens en ligne, pendant "11 ans et 7 mois" - du 29 avril 2009 au 23 décembre 2020 -, alors que le fabricant de verres optiques était dominant sur le marché français de la distribution en gros.

Concrètement, Essilor a imposé aux sites de vente en ligne (dont Sensee, le site fondé par l'entrepreneur Marc Simoncini, Happyview et DirectOptic) des restrictions en matière de livraison de verres Varilux et Essilor, de communication sur l'origine des verres, et de garanties (la garantie adaptation ne fonctionnait pas en cas de prise de mesures à distance, ce qui obligeait le site à prendre en charge intégralement le remplacement des verres s'ils ne convenaient pas).

L'Autorité de la concurrence a estimé que ces restrictions n'étaient pas justifiées par les différences en termes de fiabilité des prises de mesures chez les opérateurs en ligne, comme l'affirmait Essilor, et qu'elles répondaient davantage à un comportement protectionniste favorisant les opticiens possédant des boutiques physiques, principaux clients d'Essilor. Elle ajoute à ses arguments qu'Essilor acceptait sur la même période de livrer des verres aux sites de vente en ligne à l'étranger, et le faisait lui-même sur ses propres sites (VisionDirect, MyOptique…).

Des conséquences sur les prix

En pratique, ces comportements anti-concurrentiels ont empêché le secteur de se développer et les prix de baisser, alors qu'ils étaient supérieurs à ceux observés dans les pays voisins, et que les pouvoirs publics souhaitaient encourager ce mode de commercialisation afin de faire baisser les prix (et donc les remboursements de l'Assurance Maladie).

Selon Les Echos, Essilor Luxottica va faire appel de sa condamnation. En 2021, l'Autorité de la concurrence avait déjà infligé à Luxottica (distributeur des montures Ray-Ban) 125 millions d'euros d'amende en France pour pratiques anticoncurrentielles, empêchant les opticiens de fixer librement leurs prix et de vendre des montures sur internet.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS