Essilor s'appuie sur un laboratoire toulousain pour développer ses lunettes connectées

Le groupe Essilor vient de signer un contrat de recherche avec le Laas-Cnrs, avec à la clef la création à Toulouse d'un nouveau laboratoire public-privé.

Partager
Essilor s'appuie sur un laboratoire toulousain pour développer ses lunettes connectées
De gauche à droite : Jean Arlat, directeur du LAAS-CNRS, Norbert Gorny, directeur R&D Essilor International, Jean-Yves Marzin, directeur de l’Institut des sciences de l'ingénierie et des systèmes du CNRS, Michel Bidoit, directeur de l’Institut des sciences de l'information et de leurs interactions du CNRS.

L'optique du futur passera par Toulouse ! C'est en effet au sein d'un nouveau laboratoire, baptisé OPERA (Optique EmbaRquée Active) et basé à Toulouse, qu'une équipe commune et multidisciplinaire de chercheurs et d’ingénieurs, associant des personnels d'Essilor et du Laas-Cnrs (Laboratoire d'Analyse et d'Architecture des Systèmes), poursuivra des recherches sur les verres et lunettes à fonctions actives et connectées. Le contrat, signé le 14 décembre dernier, engage l'industriel et le laboratoire public pour une durée de 5 ans.

Un partenariat de plus de 10 ans avec les équipes toulousaines du Laas

Le laboratoire toulousain du CNRS apporte son expertise en életronique embarquée, photonique et robotique. Ce nouveau contrat de recherche s'inscrit dans la continuité d'un partenariat engagé depuis plus de 10 ans avec le laboratoire toulousain. Le numéro 1 mondial de l'optique ophtalmique et des verres correcteurs (avec 5,67 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2014 et plus de 58 000 salariés dans le monde) est un fervent partisan des partenariats public-privé dans le domaine de la recherche et de l'innovation et le Laas-CNRS est de longue date l'un des partenaires académiques avec lequel il entretient d'étroites collaborations. Un premier laboratoire commun, Pix-Cell, mis en place entre 2005 et 2010 avec des équipes toulousaines du Laas-CNRS, a notamment contribué à démontrer l’intérêt de fonctions optiques actives discontinues pour l’optique ophtalmique.


Aujourd'hui, avec OPERA, les équipes seront impliquées dans la conception de nouvelles générations de verres optiques, plus performantes en matière de correction de la vue et de confort de port, mais aussi en capacité de proposer aux consommateurs d'accéder à de nouveaux usages grâce à leurs lunettes.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS