Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Et la femme du numérique de l'année est... Angélique Gérard, Directrice de la relation abonnés d’Iliad

mis à jour le 20 septembre 2016 à 23H07
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le 20 septembre, L'Usine Nouvelle a remis les Trophées des femmes de l'industrie 2016. A cette occasion Angélique Gérard, Directrice de la relation abonnés d’Iliad, a reçu le prix de la Femme du numérique de l'année. Portrait.

[Trophées des femmes de l'industrie] Angélique Gérard, femme du numérique 2016
Angelique Gerard trophee des femmes © Guittet Pascal Guittet Pascal

Angélique Gérard est à la tête de toute l’activité abonnés d’Iliad. Elle dirige près de 6500 personnes et préside neuf filiales du groupe. Une holding dans la holding. Entrée dans l'entreprise avec un DUT en techniques de commercialisation en poche, puis diplomée de l’Insead et formée comme dirigeante à HEC, elle se souvient encore de ses débuts, en 2000. Free ne comptait alors que 15 employés.

 

À 24 ans, on lui confie un petit local et le carnet de chèques de l’entreprise pour créer une plate-forme européenne du renseignement téléphonique. Au bout de six mois à travailler seule, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, elle remplit l’objectif. Mais la pub ne suit pas et le projet ne décolle pas. Elle présente sa démission à Xavier Niel. On lui propose un autre défi : reprendre la hotline, en déroute. Pour le lancement de Free Mobile, elle bâtit, en cinq mois, une organisation de 1500 personnes qui doit gérer l’arrivée de 3 millions d’abonnés en trois mois.

 

Aujourd’hui, elle est, entre autres, responsable de l'ensemble des outils, de l'environnement juridique et des modes opératoires utilisés pour le déploiement du réseau de boutiques. Et avec lui, la transition de Free d’un modèle 100 % digital vers une relation avec les abonnés plus humaine. L’inverse de la tendance générale. "Pour que ça marche, je parle d’enchantement des freenautes, mais aussi des salariés. Après avoir géré une forte croissance sur plusieurs années, il est temps de les remotiver avec un travail de fond." Elle prône un leadership partagé, en étant présente dans l’open space et sur le réseau social interne. "J’ai voulu que ce soit ouvert. Quand il y a un problème, autant qu’on le sache ! Ça change la relation au travail", commente cette adepte du lâcher prise... et du contrôle.

 

remarque la plus sexiste entendue

"Ah, c’est toi qui as le carnet le chèques ? Mais on le donne à une femme ?"

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale