Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Et si on créait une start-up en trois jours… dans un bus ?

Le "Startup bus", hackathon  de trois jours sous forme de road trip, partira le 2 septembre de Paris. A son bord : des développeurs, designers et entrepreneurs qui auront trois jours (et deux nuits) pour créer un produit, avant de le présenter (pour les plus avancés) au Pirate Summit de Cologne.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Et si on créait une start-up en trois jours… dans un bus ?
Et si on créait une start-up en trois jours… dans un bus ? © Startup bus

Dans le petit monde de la tech, on pitche et on hacke partout et tout le temps, et même en mouvement : dans des avions, des trains… et aussi dans des bus. Ce qui a fait naître un sous genre du hackathon en 2006 aux Etats-Unis : le "start-up bus". Le concept a traversé l'Atlantique en 2011 et s'est même exporté jusqu'en Australie. Un start-up bus est déjà parti de France en 2014. Après une pause en 2015, un nouveau convoi de hackers est annoncé pour le 2 septembre.

 

un ticket pour Cologne

Une trentaine de jeunes Européens vont embarquer à Paris pour trois jours de création quasi non-stop. Six autres bus partiront simultanément de plusieurs villes européennes. Tout ce beau monde se rendra joyeusement jusqu'à l'incubateur Corda, à Hasselt (Belgique), puis à Cologne, en Allemagne, terre du Pirate Summit. Les dix meilleurs projets nés de trois jours de discussions, d'expérimentations et de bidouillages seront alors présentés face au public de pros et d'investisseurs de l'événement. Toutes les équipes se plongeront dans ce festival et "networkeront" pendant trois jours, avant le voyage retour.

 

Le bus français, soutenu par Nokia et Fabernovel Innovate, passera par Chambéry, Genève, Zurich, Luxembourg et Lille. A chaque étape sont prévus des pitches, animations, rencontres avec des mentors pour nourrir les projets des équipes de développeurs, designers et entrepreneurs formées dans le bus.

 

Sortir un premier prototype

Mais à qui s'adresse ce road-trip un peu spécial ? "Plutôt à des salariés qui n'ont jamais mené de projet personnel et qui veulent se lancer avec une idée", conseille Ivan Collombet, organisateur. Inutile de venir avec du code ou avec des concepts déjà testés ou pour lesquels des business plans ont déjà été montés, pour que tous les participants partent avec les mêmes chances.

 

Il n'y a pas de chèque à décrocher, mais le meilleur projet français se verra offrir quelques mois d'incubation au sein d'EuraTechnologies à Lille. L'idée est surtout de "gagner du temps sur le lancement du projet en compressant au maximum les étapes de création d'un prototype", explique Ivan Collombet. "Le but est de sortir des trois jours avec un MVP, un "minimum viable product", pour le faire tester par des premiers utilisateurs et avoir des vrais retours".

 

C'est de cette façon qu'est né le projet Never Eat alone en 2014. L'idée est devenue une start-up qui a développé une appli de mise en relation de collègues pour les pauses déjeuner. Avec un beau succès. Alors, à plus dans le bus ?

 

Infos, tarifs et conditions sur le site de Startup Bus

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.