Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"Être compétent en cybersécurité sera bientôt aussi important que de parler anglais"

A la conférence cybersécurité organisée par L'Usine Digitale le 30 juin, Marc Leymonerie, responsable de la cybersécurité chez Air France KLM, est revenu sur les enjeux de l'informatisation pour le secteur aérien, notamment sur l'importance de la cyber-résilience qui doit l'accompagner.
mis à jour le 02 juillet 2015 à 10H54
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Être compétent en cybersécurité sera bientôt aussi important que de parler anglais
Une tour de contrôle de l'aéroport d'Heathrow. © D. R.

Réservation des passagers, gestion du programme de vols, enregistrement des bagages, calcul des tarifs des billets, maintenance des appareils, information des équipages... AirFrance KLM ne pourrait plus se passer de l'outil informatique pour assurer ses 1600 vols quotidiens vers plus 250 destinations. "L'informatique est au coeur de tous nos processus. Nos performances opérationnelles et économiques en dépendent", explique Marc Leymonerie, directeur de la cybersécurité pour la compagnie aérienne.

 

La cyber-résilience est une priorité

 

"L'ambition, c'est la cyber-résilience : la résistance aux erreurs humaines, aux défaillances techniques et aux attaques malveillantes", souligne le responsable. Dans le domaine de la prévention, elle accorde une priorité à la formation de ses collaborateurs. "Nous avons un programme de cyber sensibilisation. Ma vision c'est que demain être compétent en cybersécurité sera aussi important que de parler anglais", vulgarise Marc Leymonerie. Ainsi Air France KLM cherche à faire monter en compétence l'ensemble des collaborateurs.

 

Les managers au coeur de la formation

 

"Il faut impliquer les managers. L'envoi de dispositifs de e-learning par messagerie doit s'appuyer sur un accompagnement managérial", poursuit le responsable de la sécurité informatique. Quel que soit le secteur d'activité, les managers doivent réunir leurs équipes et les impliquer pour répondre à des questions essentielles les concernant : Quelles données veut-on protéger ? Quels sont les risques ?...

 

Cela permet à chaque service de mettre en place un plan de protection de l'information. L'équipe choisira alors son niveau de protection parmi différentes propositions, le périmètre des données à chiffrer, ses outils de sécurité. "Dans cette approche et au-delà du résultat, c'est la mise en mouvement qui est essentielle", explique Marc Leymonerie, qui est aussi membre du conseil d'administration du Clusif (Club de la sécurité de l'information français).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale