Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Être dans le mobile ou mourir, la nouvelle politique de Vestel, le géant turc du téléviseur

Le fabricant turc d’électronique grand public et d’électroménager Vestel se lance dans les smartphones. Une diversification que son directeur général, Turan Erdogan, considère comme vitale pour l’avenir de son groupe, plus grand producteur de télévisions en Europe.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Être dans le mobile ou mourir, la nouvelle politique de Vestel, le géant turc du téléviseur
Être dans le mobile ou mourir, la nouvelle politique de Vestel, le géant turc du téléviseur © DR

Après l’électroménager et l’électronique grand public, le groupe turc Vestel, qui se présente comme le plus grand fabricant de télévisions en Europe, va entrer sur le marché des mobiles. Présent depuis 2012 dans les tablettes à la faveur d’un contrat emporté auprès du ministère turc de l‘éducation, il compte se lancer cet été dans les smartphones sous Android, le système d’exploitation de Google. Le premier marché visé est la Turquie, où il espère écouler un million de pièces la première année. L’annonce a été faite par son directeur général, Turan Erdogan, lors de la conférence de presse globale de l’IFA 2014 (le salon de l’électronique grand public de Berlin, en Allemagne), qui s’est tenue du 24 au 27 avril 2014 à Antalya, en Turquie.

 

A lire aussi : Sans smartphone, tu meurs

 

Cette diversification est logique, contenu de la convergence croissante entre les mobiles et les produits bruns (télévision, chaine Hi-Fi,etc.) ou blancs (réfrigérateur, lave-vaisselle, etc.), qui tendent à devenir intelligents. Mais pour Turan Erdogan, elle constitue plus qu’une opportunité. Elle s’impose comme une nécessité vitale pour l‘avenir de son groupe. "Dans notre domaine, si vous n’êtes pas dans le mobile, vous êtes mort, estime-t-il. La connectivité avec les produits bruns et blanc devient importante. A partir d’une tablette ou d’un smartphone, on peut contrôler tous les équipements ménagers. "

Fabricant en marque blanche

Vestel, qui emploie 16 000 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 5 milliards de dollars, dont 3 milliards à l’export, veut ainsi accompagner la mutation des produits bruns et blancs en produits connectés. C’est paradoxal pour un groupe qui reste inconnu du grand public dans la plupart des pays européens. Et pour cause : il se cache derrière les grandes marques japonaises et européennes et les marques de distributeurs. "Nous fabriquons des téléviseurs LCD vendus en Europe pour toutes les marques japonaises, à l’exception d’une seule", déclare fièrement Turan Erdogan, sans dévoiler le nom de la marque nipponne manquante. Mais le groupe opère aussi avec sa marque Vestel en Turquie, dans les pays de l’ex-URSS, en Afrique et au Moyen-Orient. Et pour le marché européen, il a acquis récemment pas moins de huit marques, dont Telefunken, qu’il exploite en Espagne, en Italie et au Portugal. En France, il est présent uniquement à travers les marques de distributeurs comme But, Auchan ou Carrefour.

Une stratégie de diversification

En Europe, le groupe turc revendique la place de numéro deux dans la télévision LCD avec une part de 20,3%, derrière Samsung (32,1%). En 2013, il affirme avoir fabriqué environ 10 millions de postes dans sa méga usine, à Manisa (près d‘Izmir), qu’il présente comme la plus grande usine de télévision en Europe, avec une surface de 1 million de mètres carrés et une capacité de production de 22 millions produits par an (télévision, électroménager, décodeurs, tablettes, etc.). Vestel s’est récemment diversifié dans l’éclairage à LED pour répondre au projet du gouvernement turc de remplacer 6 millions de lampadaires publics d’ici 2015. Il s’est également lancé dans les tableaux interactifs pour le marché de l’éducation en Turquie.

Selon le cabinet DisplaySearch, Vestel pointe à la septième place mondiale dans la production de télévision LCD avec 4,4% des postes produits dans le monde en 2013, derrière Samsung (21%), LG (14,1%), TCL (8,5%), TPV Technology (7,1%), Hisense (5,4%) et Skyworth (5,3%). Il fabrique donc plus que les japonais Sony, Panasonic, Toshiba ou Sharp, qui reposent aujourd’hui essentiellement sur des sous-traitants comme Vestel, TPV Technology ou Foxconn.

Ridha Loukil

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale