Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Etude : La fraude aux fournisseurs reste la technique préférée des cybercriminels

Étude D'après une étude, en 2019 l'usurpation d'identité a été la technique la plus utilisée par les cybercriminels, devant l'intrusion dans les systèmes d'information. 48% des entreprises interrogées ont subi des fraudes aux fournisseurs dont l'objectif est obtenir le paiement de fausses factures. Malgré cela, 6 répondants sur 10 n'ont toujours pas de budget alloué à ces questions.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Etude : La fraude aux fournisseurs reste la technique préférée des cybercriminels
Etude : La fraude aux fournisseurs reste la technique préférée des cybercriminels © Freestocks-Unsplash

En 2019, 7 entreprises sur 10 ont été victimes d'au moins une tentative de fraude, révèle une étude publiée le 12 mai 2020 par la société d'assurance-crédit Euler Hermes et l'Association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion. Elles ont interrogé 200 entreprises françaises pour mesurer le nombre de fraudes et de cyberattaques perpétrées en 2019.

L'usurpation d'identité devant les cyberattaques

L'usurpation d'identité est la technique la plus utilisée par les fraudeurs devant l'intrusion dans les systèmes d'information. La fraude aux fournisseurs est massivement utilisée. 48 % des entreprises interrogées ont cité ce délit qui vise à se faire passer pour un fournisseur afin d'obtenir le paiement de factures émises par le véritable fournisseur. Elle est suivie par la fraude au faux président, qui a sensiblement progressé en 2019 (38 %), les autres usurpations d’identité (banques, avocats, commissaires au compte) citées par 31 % des répondants et la fraude au faux client (24 %). L'intrusion dans les systèmes d'information est citée par 29 % des entreprises interrogées. Elle est utilisée en tant qu'attaque directe avec les rançongiciels mais également comme moyen pour préparer une fraude.

"L’usurpation d’identité est un grand classique de la fraude et elle est de loin la technique favorite des fraudeurs. Son usage a toutefois évolué : là où auparavant, le mail était le facteur déclencheur, de nouvelles techniques plus pointues sont apparues et permettent aux fraudeurs de gagner en efficacité. On peut notamment penser à l’intelligence artificielle et aux logiciels d’imitation de voix, grâce auxquels les fraudeurs ont plus de crédibilité dans leurs tentatives et qui permettent de constituer des scénarios d’usurpation d’identité extrêmement convaincants", explique Armelle Raillard, experte assurance-fraude chez Euler Hermes France.

27 % des entreprises ont subi au moins une fraude avérée

L'étude montre la récurrence de ces attaques sur une même cible. En 2019, 29 % des répondants ont été visés par plus de 5 tentatives. Ils étaient 24 % en 2018. Et cette persévérance porte ses fruits. 27 % des entreprises interrogées ont subi au moins une fraude avérée en 2019 (26 % en 2018). Le moment de l'attaque est un élément central. 43 % des entreprises ont remarqué une recrudescence des attaques en veille ou en week-end et en période de congés. Rien d'étonnant, les délinquants concentrent leurs efforts sur les périodes où les entreprises sont moins armées pour se protéger. Pour près d'une entreprise sur 3, le préjudice subi est supérieur à 10 000 euros.

Mais les entreprises semblent de plus en plus conscientes de ce risque. En effet, 84 % d'entre elles craignent une accentuation du phénomène sur l'année à venir. Elles étaient 78 % en 2018. Cette prise de conscience pousse les entreprises à prendre des mesures. 60 % d'entre elles ont mis en place une cartographie des risques et 40 % ont décidé de créer ou transférer un budget dédié à la lutte contre la fraude.

Plus de 6 répondants sur 10 n'ont toujours pas alloué de budget spécifique

Mais des efforts restent à faire. Plus de 6 répondants sur 10 n'ont toujours pas alloué de budget spécifique à la lutte contre la fraude et la cybersécurité en 2019. "Nous sommes sur la bonne voie  mais les entreprises doivent aller plus loin dans leur démarche pour se mettre à l’abri des attaques. Des dispositifs comme l’assurance-fraude existent et permettent aux entreprises de transférer ce risque majeur sur une tierce partie pour ne pas avoir à l’assumer entièrement", indique Armelle Raillard.

L'étude rappelle que la crise sanitaire actuelle peut être largement exploitée par les cyberdélinquants. "Le risque est que la crise que nous traversons conduise à une moindre vigilance ou à la 'dégradation temporaire' des dispositifs de contrôle en raison de la priorité légitime donnée à la continuité d'exploitation. Les cyber-fraudeurs peuvent en profiter pour exploiter toute faille du dispositif de prévention et de contrôle et accentuer leurs attaques", déclare Christian Laveau, président du groupe de travail Cyberfraude de la DFCG. Début mars 2020, des experts en cybersécurité constatent en effet une augmentation des attaques informatiques. Cette hausse est selon eux directement liée à la pandémie de Covid-19 qui agit comme "un appât pour tromper les victimes dans l’exécution de logiciels malveillants".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media