Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Etude] La transformation digitale élargit le fossé entre PME et grandes entreprises

Une étude réalisée par BVA pour la Villa Numéris met en évidence un écart entre les entreprises en matière de transformation digitale. Les firmes de moins de 50 salariés sont plutôt en retard en termes d'équipement, de comportement et de perception. Le risque est grand de voir les PME décrocher durablement, estime la Villa Numéris.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La transformation digitale élargit le fossé entre PME et grandes entreprises
Businessman on blurred background holding floating 3D rendering digital tech blue interface © sdecoret - Fotolia

C’est une alerte que lance la Villa Numéris à l’occasion de la publication d’un sondage BVA* portant sur les salariés et la transformation digitale. De même qu’il existe au sein de la population globale un fossé numérique entre ceux qui maîtrisent les technologies de l’information et les autres, une autre faille séparerait les salariés entre, d’un côté, ceux qui travaillent dans des grandes entreprises et ont accès à des outils numériques, et les autres.

 

Ainsi, si globalement un salarié sur deux (53 %) estime que son entreprise est active dans le domaine de la transformation digitale, la proportion atteint 58 % dans les entreprises de plus de 250 personnes et chute à 42 % chez les firmes qui emploient moins de 50 salariés. Toutes tailles confondues, 11 % des salariés interrogés pensent que leur entreprise est en avance sur le sujet et 24 % estiment qu’elle est en retard dans sa transformation digitale.

 

Des différences de comportement dus à des écarts d'équipement

A cet écart de perception correspond un écart dans l’équipement et dans les pratiques. Si les salariés d’entreprises de moins de 50 sentent moins leur entreprise engagée dans la transformation digitale, c’est parce qu’ils ne la voient pas. Pour 47 % de ces personnes, le téléphone portable et le SMS sont le principal moyen de communication. C’est 10 points de plus que pour l’ensemble des salariés. Dans les entreprises de plus de 250 salariés, la proportion tombe à 34 %.

 

Ce que le sondage indique, c’est que les salariés ont accès à davantage d’outils dans les grandes entreprises que dans les petites. Ainsi 32 % des salariés de firmes de plus de 250 personnes ont accès à des outils de visio-conférence (contre 11 % chez les moins de 50), 41 % ont des messageries instantanées (contre 30 %), 24 % un espace de travail collaboratif (contre 8%).

 

Facebook devant Linkedin

La prise de parole au nom de l’entreprise sur les réseaux sociaux est une autre ligne de séparation entre les entreprises, mais au bénéfice des plus petites. Ils sont en effet 25 % à déclarer le faire, quand la proportion chute à 13 % dans les firmes comptant plus de 250 personnes, la moyenne s’établissant à 15 %. On peut imaginer que dans les entreprises les plus grandes, la division du travail règne et que les services de communication plus structurés, prennent davantage la parole. A l’inverse, une certaine polyvalence règne dans la petite structure, si bien que le nombre de salariés amené à prendre la parole sur les réseaux est proportionnellement plus élevé.

Toutes tailles d’entreprises confondues, le sondage révèle que c’est sur Facebook que les interventions au nom de son employeur sont les plus fréquentes (9%) devant Twitter (5%). LinkedIn n’obtient que 4 % des réponses.

 

Commentant ses résultats, dans un communiqué, le président de la Villa Numéris, David Lacombled, s’inquiète : « On regrette de trop grandes disparités selon la taille des entreprises. […] les PME risquent de se retrouver au band de l’économie par manque de compétitivité. De fait, elles n’attireront plus les talents ».
 

Cette étude confirme de précédents résultats, notamment sur le faible équipement en site de e-commerce des PME françaises. Le Conseil national du numérique, quand il était dirigé par l’actuel secrétaire d’Etat au numérique, Mounir Mahjoubi avait fait un rapport sur le sujet partant de ce constat.

---------------------------

(*) Etude réalisée par BVA auprès d'un échantillon de salariés interrogés par Internet du 25 au 26 septembre.

L'échantillon est composé d'un échantillon de 558 salariés issus d'un échantillon de 1092 Français représentatitf de la population française âgée de 18 ans et +. Représentativité assurée par la méthode des quotas.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale