[Etude] Les personnes atteintes de maladies chroniques sont plutôt favorables à la télémédecine

Les personnes atteintes de maladies chroniques ne pensent pas que les outils numériques dédiés à la santé puissent remplacer les consultations avec leurs médecins. En revanche, ils restent intéressants pour les actes de routine comme la délivrance d'ordonnance ou les résultats d'un examen médical. C'est ce qui ressort d'une étude menée auprès de 1529 patients suivis par l'AP-HP.

Partager
[Etude] Les personnes atteintes de maladies chroniques sont plutôt favorables à la télémédecine

Quel est le meilleur équilibre entre les soins délivrés à distance et en présentiel ? Voici la question à laquelle une étude publiée le 29 décembre 2021 dans la revue scientifique Journal of the American Medical Association (JAMA) a tenté de répondre en interrogeant une cohorte de 1529 patients suivis par les hôpitaux de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Améliorer la prise en charge
L'objectif était d'évaluer comment les innovations mises en place pendant la pandémie de Covid-19 pourraient améliorer la prise en charge des malades chroniques qui touchent, rappelons-le, la moitié des adultes dans les pays occidentaux. Dans les détails, trois dispositifs étaient au centre des interrogations : les téléconsultations, les sites en ligne permettant d'autoévaluer la gravité des symptômes et la télésurveillance par des objets connectés.

Voici ce qui en ressort : pour les patients, les téléconsultations et autres modalités de soins à distance ne sont pas destinées à remplacer la prise en charge traditionnelle fondée sur des consultations régulières avec leur médecin. En revanche, une fois la maladie équilibrée et le patient installé dans "une routine de soins", les patients estiment que ces nouvelles méthodes de prise en charge pourraient alléger le fardeau de leur traitement et remplacer jusqu’à 50% de leurs interactions traditionnelles avec le monde médical.

La téléconsultation pour les actes de routine
Les téléconsultations ont été privilégiées par les personnes par rapport aux consultations en personne pour 50% de leurs futures consultations. Elles étaient très appropriées pour les activités de soins de routine, comme le renouvellement d'une ordonnance ou les échanges au sujet des résultats d'un examen médical, note l'étude. "Mais pour un problème plus complexe, il vaut mieux voir un praticien en personne", a déclaré l'une des participantes.

Les sites d'autoévaluation ont été préférés dans seulement 22% des cas rapport au contact avec un médecin. En effet, l'étude note que les patients trouvaient plus rassurant de discuter directement avec leur médecin, en particulier en cas de symptômes atypiques. De son côté, la télésurveillance a été préférée dans 52% des cas par rapport aux consultations. Elle a été jugée appropriée pour évaluer et adapter rapidement le traitement à partir des données relatives aux symptômes, à l'efficacité du traitement et aux effets secondaires.

De précieuses données pour les healthtech
Les résultats de cette étude constituent des données intéressantes pour les entreprises éditrices de solutions de télémédecine afin de comprendre les attentes des personnes. Une étude concernant les dispositifs connectés liés aux diabètes avait par exemple montré que 40% d'entre eux étaient jugés trop intrusifs par les utilisateurs. C'était le cas pour une application mobile proposant une surveillance de l'alimentation via une photographie des aliments présents dans l'assiette de la personne.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS