Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Euratechnologies veut créer un incubateur franco-chinois à Shenzhen dédié aux objets connectés

En marge du Digital In-Pulse Forum organisé par Huawei, le pôle d'excellence TIC lillois Euratechnologies a signé une convention avec l'association des industriels de l'Internet des objets de Shenzhen pour y créer un incubateur franco-chinois.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Euratechnologies veut créer un incubateur franco-chinois à Shenzhen dédié aux objets connectés
Euratechnologies veut créer un incubateur franco-chinois à Shenzhen dédié aux objets connectés © Sylvain Arnulf - L'Usine Digitale

En attendant qu'une filière industrielle française des objets connectés voie le jour (ce qui n'est sans doute pas pour tout de suite), les acteurs du secteur sont nombreux à se fournir en composants et à faire assembler leurs produits dans la région de Shenzhen, dans le sud du pays (près de Hong-Kong). La ville, ancien port de pêche devenu mégapole high tech aux 17 millions d'habitants, est la capitale mondiale du hardware. L'un de ses quartiers centraux - celui de HuaQiangBei - est un véritable hypermarché de l'électronique où l'on peut trouver tous types de composants, en lien avec les usines voisines.

l'usine mondiale des objets connectés

Les Français travaillant dans le hardware sont de plus en plus nombreux à s'y installer. Pour les accompagner, les pôles de la French Tech (certains soutenus dans leurs efforts par Huawei) tentent de bâtir des partenariats avec des acteurs locaux. Fin octobre, la région lyonnaise a signé un partenariat avec celle de Shenzhen. Puis, en marge du premier forum Digital In-Pulse, le 30 octobre, le pôle d'excellence TIC lillois Euratechnologies a signé un partenariat avec la Shenzhen Association of Internet of Things. Les deux structures vont travailler ensemble pour créer un incubateur franco-chinois à Shenzhen dédié aux objets connectés.

Il pourrait accueillir cinq premières start-up françaises en 2015. "Il y aura probablement des start-up lauréates du concours Inno'Start organisé avec Huawei en septembre 2014, pour les aider à continuer à écrire leur histoire avec le marché chinois", précise Raouti Chehih, directeur général d'Euratechnologies. En échange, cinq start-up chinoises devraient être accueillies en France pour travailler à renforcer leur présence sur le marché européen.

Lille, porte d'entrée vers la Chine

Euratechnologies travaille sur plusieurs fronts, puisqu'il a lancé en septembre un programme d'accélération baptisé "EuraTech in China", un véritable kit d'installation pour start-up françaises de la high tech souhaitant se développer en Chine, qui comprend un accès à des locaux à Shanghaï, avec un tarif préférentiel pour les entreprises basées dans le Nord Pas de Calais. Lille - dont le maire Martine Aubry est "représentante spéciale" de la France en Chine pour le ministère des Affaires étrangères - se positionne ainsi comme l'un des traits d'union entre les écosystèmes français et chinois.

Sylvain Arnulf, à Shenzhen

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale