Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Everoad, la start-up qui digitalise le monde du transport, entre dans la cour des grands

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Du marché de transport des flux ponctuels à la gestion des flux réguliers : Everoad booste son offre. La start-up digitalise le monde du transport avec sa plate-forme qui rapproche les expéditeurs des transporteurs et permet de numériser les documents échangés. Focus.

Everoad, la start-up qui digitalise le monde du transport, entre dans la cour des grands
Everoad, la start-up qui digitalise le monde du transport, entre dans la cour des grands © Shutterstock Everoad

"Everoad n'est pas une petite start-up mais une société de transport qui utilise les moyens de la digitalisation et de la nouvelle économie pour devenir un acteur global et européen", affirme à L'Usine Digitale son fondateur et PDG Maxime Legardez. Le but d'Everoad ? "Aider les PME, ETI et gros groupes européens à mieux optimiser leurs transports de marchandises", précise-t-il.

 

Une plate-forme de mise en relation

Le premier outil lancé par la start-up quatre mois seulement après sa création sous le nom de Convargo en juin 2016 est une plate-forme de mise en relation des expéditeurs avec les transporteurs. La start-up rencontre chaque transporteur avant de l'ajouter à sa plate-forme, puis récupère et numérise les documents nécessaires (assurance, droit d'exercer et attestation de capacité).

L'expéditeur, quant à lui, crée un compte en une minute sur le site. "L'interface est simple d'utilisation", précise Maxime Legardez. Il n'a plus qu'à rentrer ses besoins et son prix. Si au départ la start-up se contentait de proposer les prix du transporteur, elle cherche aujourd'hui à "l'optimiser en ajoutant différents paramètres", annonce son PDG. Ayant connaissance des flux des camions et de l'état de leur cargaison, il lui est possible de faire varier le prix en fonction de l'offre et de la demande comme le font les plates-formes de VTC. "CMR, attestation de transport et facture peuvent être reçus par voie numérique sous les 48 heures", ajoute le co-fondateur.

 

 

Vers la prise en charge des flux réguliers

Si la plate-forme se concentrait au départ sur les contrats de transport ponctuel, Everoad "entre dans le marché de la prise en charge des flux de transport régulier" depuis janvier 2018, annonce Maxime Legardez. La start-up a obtenu le statut de commissionnaire de transport. Depuis six mois Everoad "est devenue une alternative aux plus grands transporteurs avec qui les groupes travaillent depuis plus de cinquante ans." Et la nouvelle venue se targue déjà de remporter toutes les semaines des contrats face à Gefco, Geodis ou Bolloré.

Bonne nouvelle pour la jeune pousse puisque "le transport spot représente 15% du transport de marchandise contre 85% pour les flux réguliers", détaille Maxime Legardez. Après six mois, "les transports réguliers de marchandise représentent 25 à 30% du chiffre d'affaires", annonce son co-fondateur qui espère que cela "devienne 80% du CA pour respecter les proportions du marché".

 

Digitalisation de l'appel d'offre et paiement en 72 heures

Afin d'accélérer encore son développement, la jeune pousse développe un outil permettant de digitaliser l'appel d'offres de A à Z pour les expéditeurs. La solution, en phase de test actuellement, va être déployée durant l'année 2018. De grands noms comme AB INBev, Procter & Gamble et Habitat ont déjà réalisé des appels d'offres via la plate-forme .

En parallèle, Everoad ajoute des services annexes. Elle a conclu un partenariat avec l'assureur suisse Helvetia qui permet d'assurer toutes les marchandises transportées via Everoad gratuitement jusqu'à un certain seuil de valeur au-dessus duquel les expéditeurs devront payer un supplément.

La start-up a aussi conclu un partenariat avec la Banque Postale permettant de payer les transporteurs routiers en 72 heures alors même que "le Comité national routiers annonce qu'ils sont en moyenne payés en 50 jours", précise Maximer Legardez. Mais, en contrepartie de ce service, Everoad demande un transport de qualité et la bonne utilisation de sa plate-forme (ce qui comprend notamment la digitalisation des documents) sous réserve de ne plus accorder cet avantage aux transporteurs.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale