Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Expérimentation d’une navette autonome sur route ouverte près de Lyon

Première sur route ouverte : une navette autonome, baptisée Mia, circule dans une zone d’activités lyonnaise. Cette expérimentation a été autorisée avec un opérateur à bord.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Expérimentation d’une navette autonome sur route ouverte près de Lyon
Expérimentation d’une navette autonome sur route ouverte près de Lyon © SO DUPONT-RENOUX

Depuis le 4 mars 2019, une navette autonome transporte des passagers sur une voie ouverte à la circulation dans la zone d’activités des Gaulnes dans l’agglomération lyonnaise. Cette expérimentation a été autorisée par le ministère de la transition écologique et solidaire pour une durée de deux ans. Avec un opérateur à bord.


Un logiciel de navigation évolutif

Cette navette dénommée Mia roule à une vitesse de pointe de 14,7 km/h et ralentit à 11 km/h dans les deux ronds-points équipés de feux tricolores qui jalonnent ce trajet de 1,2 km entre le terminus du tramway à Meyzieu et les implantations locales d’Eiffage, de RTE et le campus Veolia, le long de l’avenue Henri Schneider à Jonage, près de Lyon.

A l’approche d’un passage piéton, la navette ralentit, cet aménagement ayant été enregistré dans le mapping de la ligne. Mia freine également, parfois brusquement, quand elle est dépassée par un véhicule, un lidar détectant le rabattement. Un lidar peut aussi déclencher un arrêt d’urgence en cas de non respect d’un feu tricolore par un véhicule qui pourrait sinon entrer en collision avec Mia.


La navette en circulation est un véhicule autonome du constructeur lyonnais Navya, acheté par l’entreprise de transport Berthelet, opérateur de cette liaison expérimentale. Avant sa mise en circulation, la navette a été testée sur site pendant un mois, afin d’ajuster le logiciel de navigation en situation réelle. Une nouvelle version du logiciel entrera en service mi-avril. Elle intégrera certains correctifs et devrait contribuer à atténuer des freinages un peu trop brusques.


Un partenariat public/privé moteur
"On est en quelque sorte sur un rail virtuel", explique Aurélien Berthelet, directeur général de l’entreprise éponyme. Huit agents de sa société ont été formés pour opérer dans la navette et reprendre la conduite du véhicule à l’aide d’un joystick en cas d’imprévu. Aucun capteur n’est intégré dans la voirie. Seuls les feux tricolores ont été équipés pour interagir avec la navette qui est prioritaire dans la circulation aux ronds-points.

Ces équipements, ainsi que l’aménagement d’une aire de retournement et de quais accessibles aux personnes à mobilité réduite, à chacun des six arrêts, ont été financés par la Métropole de Lyon et la Serl, aménageur de la ZAC, pour un montant total de 200 000 euros. Les entreprises Eiffage Energie Systèmes, Berthelet, Veolia et RTE contribuent au fonctionnement de la ligne, à hauteur de 480 000 euros pour la durée de l’expérimentation. Ce partenariat public/privé "ouvre la voie à un nouveau business model pour la desserte du dernier kilomètre en zone d’activités", selon Olivier Malaval, directeur région Centre-Est Eiffage Energie Systèmes. 10 à 15 % seulement des 1 700 salariés de la partie de la ZAC desservie utilisent aujourd’hui les transports en commun pour se rendre à leur travail.


300 personnes transportées en plus de trois semaines

Une communauté de testeurs utilisateurs a été créée. Elle regroupe aujourd’hui 130 personnes. Ils doivent s’enregistrer au préalable sur le site miamobilite.fr. Depuis son premier tour de roue, Mia qui dispose de onze places assises et quatre debout a transporté 300 personnes, à raison de 23 rotations de quinze à vingt minutes par jour sur trois créneaux horaires : le matin entre 7h30 et 10h, durant la pause méridienne entre midi et 14h, entre 16h30 et 18h30. Ce service pourrait à terme être complété par une offre de transport à la demande aux heures creuses.

Durant les deux années de l’expérimentation, des données seront collectées sur les profils sociologiques des passagers, leurs usages, sur les incidents rencontrés. Elles serviront à mieux appréhender l’intérêt et la viabilité d’un tel mode de transport pour le dernier kilomètre. Et éventuellement à le dupliquer dans d’autres zones d’activités en France et à l’étranger.
 

Rendez-vous au SIDO 2019, un événement L’Usine Digitale !

 

Vous souhaitez connaître les dernières innovations en matière d’IoT, de robotique et d’IA, rencontrer les acteurs du secteur et assister à des démonstrations adaptées à votre business ? Rendez les 10 et 11 avril au Sido à Lyon. Inscrivez-vous dès maintenant

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale