Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Extension à 160 villes, ouverture de sa 1ère cuisine-relais… Deliveroo France accélère son développement

mis à jour le 11 avril 2018 à 19H36
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Deliveroo vient de décrocher la première place du FT1000, le classement des entreprises européennes à la croissance la plus forte. Et la France n’est pas en reste ! Interviewé par L’Usine Digitale, Hugues Décosse, directeur général de Deliveroo France, annonce de multiples ouvertures dans l’Hexagone, la prise en charge des Titres-Restaurants... et l’ouverture de la première cuisine Deliveroo Editions en région parisienne.  

Extension à 160 villes, ouverture de sa 1ère cuisine-relais… Deliveroo France accélère son développement
Extension à 160 villes, ouverture de sa 1ère cuisine-relais… Deliveroo France accélère son développement © Deliveroo

"En 2017, on a enregistré une croissance de 130% en France, on a doublé notre taille et ouvert une ville par mois", se félicite Hugues Décosse, directeur général de Deliveroo France. Et ce n’est pas fini ! Le spécialiste de la livraison de repas à la demande, qui fête ses trois ans en France cette semaine, compte bien encore étendre son service de livraison de repas dans l’Hexagone. "2018 va être l’année de l’accélération", annonce Hugues Décosse.

 

Déjà 150 villes couvertes

Après une levée de fonds de 385 millions de dollars en septembre 2017, Deliveroo  mise en effet sur de multiples ouvertures. Et notamment en France, son deuxième marché derrière le Royaume-Uni. "Nous avons déjà ouvert 12 agglomérations au premier trimestre", compte Hugues Décosse. Avant d’ajouter : "L’objectif d’ici à fin juin est d’être présent dans une cinquantaine d’agglomérations". L’entreprise ambitionne ainsi une couverture dans 160 villes, en misant sur les centres-villes et les extensions de zones. En région parisienne, au-delà des 20 arrondissements de Paris et des 52 villes de petite et moyenne couronnes, le service devrait ainsi être déployé dans 9 nouvelles agglomérations dans les mois à venir.


Attirer plus de livreurs… et les satisfaire

Cette croissance s’accompagne d’un réseau de livreurs de plus en plus important. Au cours des 12 derniers mois, Deliveroo indique être passé de 6000 livreurs à plus de 9300 aujourd'hui. Parmi eux, 85 % se déplacent à vélo. Mais pour garantir un service de qualité et séduire une population volatile et pas toujours très fiable, "nous faisons tout un travail autour de cette communauté pour leur offrir les conditions les plus favorables possibles".

Cela passe notamment par la mise en place d’une complémentaire santé gratuite, la distribution de lumières et de casques, ou des sessions de sensibilisation à la sécurité routière. Dernière initiative en date : le partenariat avec Shine, signé le 26 mars 2018, qui permet aux livreurs de se créer un compte professionnel indépendant et de les assister dans un certain nombre de démarches administratives. Cerise sur le gâteau : "C’est nous qui payons le mieux", assure Hugues Décosse. Selon l’entreprise, ses livreurs français gagneraient en moyenne 14,5 euros brut de l’heure, soit plus de 40% de plus que le SMIC horaire.

Si le mode de rémunération à la course les avait fait grincer des dents en août 2017, 80% des livreurs se disent néanmoins satisfaits de leur relation avec Deliveroo, selon une étude Harris publiée le 3 avril 2018. Un chiffre qui passe à 86% pour les livreurs ayant rejoint l'entreprise au cours des six derniers mois.

 

Un levier de chiffre d’affaires pour les restaurateurs

La France, 2e marché derrière le Royaume-Uni
Si l’entreprise ne souhaite pas divulguer ses revenus en France ni le nombre de commandes, d’après societe.com, elle aurait réalisé un chiffre d’affaires de 23,4 millions d’euros en 2016, sur un total de 157,4 millions d’euros (source : classement FT1000). La France pèserait ainsi environ 15% des revenus. Si l’on ajoute les 130% de croissance en 2017, le chiffre d’affaires France s’établirait donc aujourd’hui à environ 53,82 millions d’euros.
Hugues Décosse explique le succès dans l’Hexagone par "le product market fit". En Français, par un service en affinité avec le marché : "Il y a un engouement traditionnel en France pour la gastronomie, ainsi qu’un goût pour la nourriture de qualité". Selon une étude "Delivering to the global economy", menée en collaboration avec le cabinet de recherche en macroéconomie Capital Economics, Deliveroo aurait créé de l’activité pour 10 000 personnes et généré plus de 200 millions d’euros pour le secteur de la restauration en France entre juin 2016 et juin 2017.
Aujourd’hui, Deliveroo France emploie un peu plus de 120 personnes, avec des bureaux à Paris, Bordeaux et Lyon.
En France, Deliveroo compte entre 4200 et 4300 restaurants partenaires. A la différence d’Uber Eats qui fait un gros travail de séduction des restaurants, "nous ne faisons pas de compromis sur la qualité des restaurants, ni sur l’expérience client, commente Hugues Décosse. Et de préciser : "On n’a pas vocation à travailler avec tous les restaurants de la Terre. On se focalise sur les restaurants préférés et les plus populaires. Cela peut aller du petit resto de quartier au bistrot de grand chef".


"Les restaurants les plus populaires sont souvent pleins. Il n’y a souvent plus de places en salles mais pas de problème en cuisine", explique Hugues Décosse. Deliveroo garantit ainsi de nouvelles commandes auprès d’une clientèle qui ne viendrait pas forcément consommer sur place. En contre-partie, l’entreprise s’attribue une commission, négociée avec le restaurant, de l’ordre de 20 à 35% par commande. L’avantage pour le restaurant ? Une augmentation de chiffre d’affaires constatée de 10 à 30%. "Ce n’est jamais très dur de convaincre un restaurant. La plupart sont très satisfaits. D’ailleurs, beaucoup de clients découvrent les restaurants par Deliveroo", note Hugues Décosse.

 

Prise en charge des Titres-Retaurants 

Côté expérience client, Deliveroo annonce également la prise en charge du paiement par Titres-Restaurants d’ici à la fin du mois d’avril 2018. Le montant sera limité à hauteur de 19€ par jour et par client du lundi au samedi. "Tous les restaurants qui le souhaitent pourront en bénéficier", indique Hugues Décosse.

Un moyen pour l’entreprise de séduire une clientèle plus large : "Cela concerne environ 3 millions de personnes. Notre objectif est de mettre nos capacités d’innovations en interne au service d’une tradition de consommation en France ".


Lancement de Deliveroo Editions en région parisienne

 

Mais surtout, Deliveroo annonce le lancement "imminent" (avant juin 2018) de Deliveroo Editions en région parisienne. Ouvert en avril 2017 pour desservir la périphérie des grandes villes, ce concept de cuisines-relais dédiées aux restaurateurs compte 16 sites pour un total de 88 cuisines au Royaume-Uni et en Asie. Il s’agira donc du premier site français. "C’est la concrétisation d’un projet sur lequel on travaille depuis un moment", se félicite Hugues Décosse.


"C’est un vrai ‘game changer', déclare-t-il. Cela permet aux restaurateurs d’être opérationnels et efficaces, puisque nos cuisines sont entièrement dédiées à la livraison, et de toucher des clients qui n’auraient pas accès à une offre en livraison. C’est un relais de croissance hallucinant pour les restaurants". Autre avantage, selon le DG France de Deliveroo : "Cela permet de tester une zone avant d’ouvrir un restaurant". Et donc de limiter les risques. Car "il faut savoir qu’il faut compter un budget moyen de 500 000 à 1 million d’euros  pour lancer un restaurant, avec des taux de faillite très élevés", remarque-t-il.
 

Une dizaine de restaurants seront rattachés à ce premier site, installé en proche périphérie.  "L’objectif est d’en ouvrir plusieurs en région parisienne dans un premier temps et de déployer ensuite en région", indique Hugues Décosse.  Nous n’en saurons pas plus. "Nous communiquerons plus d’informations dans les prochaines semaines", nous glisse-t-il.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale