Exxelia, spécialiste français des composants électroniques, doit passer sous pavillon américain

Quel est le point commun entre l'Airbus A350, le F35, Ariane 6 et le Rafale ? La pépite tricolore Exxelia, dont les composants électroniques de pointe sont utilisés par ces programmes. L'entreprise française pourrait passer sous giron américain avec un rachat par Heico qui soulève des questions de souveraineté, même si Exxelia est actuellement détenue par un fonds britannique.

Partager
Exxelia, spécialiste français des composants électroniques, doit passer sous pavillon américain

Une pépite française de l'électronique doit passer sous giron américain. Exxelia, spécialisée dans les composants électroniques de haute technologie, a annoncé fin août 2022 rejoindre le groupe américain Heico Corporation via sa filiale Electronic Technologies Group (ETG). "La transaction sera réalisée avec IK Partners, actionnaire majoritaire d'Exxelia depuis 2015, et devrait intervenir avant la fin du premier trimestre 2023", est-il simplement précisé dans le communiqué. Un changement de propriétaire qui fait grincer des dents.

160 millions d'euros de chiffre d'affaires

Le groupe Exxelia est né en 2009 de la fusion de cinq sociétés historiques aux activités et savoir-faire complémentaires : Eurofarad, Firadec, Sic Safco, Microspire et Astema. Aujourd'hui il conçoit et fabrique des composants électroniques de haute technologie pour des marchés industriels comme l'aéronautique, le spatial, la défense, le médical et le ferroviaire. L'entreprise contribue à de nombreux programmes de haute valeur ajoutée comme l'Aribus A350, le Boeing Dreamliner, Ariane 6, le Rafale et le F-35, etc. Mais l'essentiel de sa production concerne les condensateurs céramiques utilisés pour les radars et les IRM.

Exxelia dispose de 6 sites industriels en France et d'une présence industrielle aux Etats-Unis, au Maroc et au Vietnam et en Inde. Forte de ses 2100 salariés à travers le monde, l'entreprise assure vendre ses produits plus de 30 pays. L'entreprise française est considérée comme un giron essentiel de nombreuses industries. Son chiffre d'affaires qui s'élève à 160 millions d'euros montre un carnet de commandes bien rempli.

Une sénatrice s'interroge

Alors que la souveraineté est largement évoquée par le gouvernement comme étant un sujet essentiel que ce soit au niveau industriel ou numérique, le passage sous pavillon américain de la pépite française interroge. Mais il convient toutefois de préciser qu'Exxelia est actuellement sous pavillon britannique depuis 2015 et l'arrivée d'IK Partners à son capital.

"Si Heico n'est pas présent sur les marchés d'Exxelia, il convient pourtant de s'interroger sur l'intérêt de notre pays à voir passer ce groupe de pointe stratégique sous le pavillon d'une société américaine, sachant que les Etats-Unis d'Amérique prétendront désormais la soumettre au moins partiellement à leur législation, ce qui implique un pouvoir de contrôle sur l'utilisation des matériels, y compris en déploiement militaire comme pour le Rafale", s'inquiète la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann dans une question transmise au ministre de l'Economie et des Finances.

Un veto de l'Etat ?

Le rachat par Heico doit donner lieu à un examen approfondi au titre des investissements étrangers en France, selon la sénatrice qui se demande si cela est bien fait. Une prise de position qui n'est pas sans rappeler le feuilleton autour de Photonis. L'Etat a refusé que l'entreprise qui développe des équipements militaires de vision nocturne passe sous pavillon américain en 2020. Des tractations qui ont finalement conduit à ce que le Français HLD investisse dans la pépite tricolore à une valorisation moindre que ce qui été proposé initialement par l'entreprise américaine.

Dans le cadre d'Exxelia, le délégué général pour l'armement Emmanuel Chiva a déclaré à l'occasion d'une audition parlementaire que les offres françaises n'étaient pas à la hauteur, comme le rapporte un confrère de Challenges sur Twitter. Il a assuré que des négociations sont toujours en cours et que le groupe américain Heico est favorablement connu du ministère des Armées. Il ne reste plus qu'à voir si des acteurs français sont prêts à investir suffisamment dans Exxelio ou non. Si personne ne peut s'aligner sur Heico, il est probable que la transaction soit conclue avant la fin du premier trimestre 2023.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS