Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Facebook annonce des mesures pour protéger l'intégrité de sa plate-forme lors des élections américaines

Facebook a annoncé une myriade de mesures pour "mettre fin aux abus et à l'ingérence électorale", le 21 octobre 2019. Dans la ligne de mire de la firme américaine, les prochaines élections américaines de novembre 2020. Elle articule son programme autour de trois actions : combattre l'ingérence étrangère, augmenter la transparence et réduire la désinformation. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Facebook annonce des mesures pour protéger l'intégrité de sa plate-forme lors des élections américaines
Facebook annonce des mesures pour protéger l'intégrité de sa plate-forme lors des élections américaines © Microsoft

Facebook veut mettre les bouchés doubles pour les prochaines élections américaines de novembre 2020. Le 21 octobre 2019, le géant du numérique a publié une liste de mesures dans le but "d'aider à protéger le processus démocratique". Il articule son programme autour de trois actions : combattre l'ingérence étrangère, augmenter la transparence et réduire la désinformation.

 

Instagram, nouveau terrain de jeu des fake news

Hasard du calendrier, Facebook annonçait le même jour avoir suspendu un réseau de comptes Instagram en provenance de Russie se livrant à de la désinformation auprès de ressortissants américains. Le réseau russe serait proche de l'Internet Research Agency (IRA), une organisation russe liée au Kremlin déjà accusée d'avoir perturbée les élections présidentielles américaines en 2016.

 

La firme américaine aurait également bloqué trois réseaux distincts exploités depuis l'Iran. Selon l'Express, l'un des groupes russes partageait des publications représentant différents courants politiques et abordant des sujets brûlants comme "les élections américaines, les questions environnementales, les tensions raciales, les questions LGBT…", a expliqué Nathaniel Gleicher, responsable de la cybersécurité chez Facebook.

 

Mentionner les messages de "médias contrôlés"

Première mesure : Facebook prévoit de clairement mentionner auprès de ses utilisateurs lorsqu'un message a été posté par un média contrôlé financièrement et éditorialement par un Etat. L'entreprise va élaborer, à l'aide de 40 experts, une définition de "médias contrôlés". Début 2020, Facebook compte élargir cet étiquetage à "des publications spécifiques", ainsi qu'à son réseau social Instagram.

 

Pour freiner la propagation des fake news, une fenêtre apparaîtra lorsqu'un internaute voudra partager une information démentie au préalable par le consortium de journalistes de son propre programme de fact-checking. Mais qualifier une information de "fausse nouvelle" n'est parfois pas si aisé, et ce processus peut prendre tellement de temps qu'il ne permet pas de lutter efficacement. "Nous travaillons également sur des mesures plus rapides pour empêcher que ces informations erronées ne deviennent virales", ajoute Facebook sans précision.

 

 

Lancement de "Facebook Protect"

La firme lance par ailleurs "Facebook Protect". Ce programme devrait renforcer la sécurité des comptes Facebook et Instagram des candidats, des élus et de leurs équipes. Concrètement, les participants devront activer l'authentification à deux facteurs et leurs comptes bénéficieront d'une surveillance renforcée. Facebook a également annoncé interdire toute publicité incitant les Américaines à ne pas voter.

 

"Rendre la plate-forme plus résistante"

"Notre objectif à terme n'est pas seulement de bloquer ces opérations de manipulation (…) mais de rendre la plate-forme plus résistante", a déclaré Nathaniel Gleicher. Pas facile pour un réseau social qui comptabilise environ trois milliards d'utilisateurs. En bref, il faut avoir les yeux partout tout le temps. Mais Facebook est conscient de ses failles. La mise en application de ces mesures devra permettre d'approfondir "la compréhension des différentes menaces et la meilleure façon de les contrer". 

 

Difficile de mesurer, dès maintenant, l'efficacité de ces mesures. Il faudra maintenant attendre la période de campagne électorale et le vote pour voir si elles auront porté leur fruit. Mais elles témoignent d'une prise de conscience de Facebook de son rôle dans l'intégrité du processus électoral. Certains observateurs critiquent cependant la décision de Facebook de ne pas interdire les publicités émanant des campagnes présidentielles lorsqu'elles contiennent de fausses informations. Un choix que Mark Zuckerberg justifie par une volonté de ne pas jouer le rôle d'un censeur.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale