Facebook dans le collimateur de l'Europe après des discours de haine

Le secrétaire général du Conseil de l'Europe enjoint Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, à s'engager personnellement contre les insultes et les menaces véhiculées sur le réseau social.

Partager
Facebook dans le collimateur de l'Europe après des discours de haine

Dans une lettre au patron de l'entreprise américaine Facebook publiée le 12 juillet, Thorbjørn Jagland, secrétaire général du Conseil de l'Europe, a invité le fondateur du réseau social le plus utilisé au monde à s'engager contre les discours de haine véhiculés par internet, notamment par son biais.

Le représentant européen s'est particulièrement ému du cas de Malala Yousafzai, adolescente pakistanaise blessée par des taliban parce qu'elle militait pour la scolarisation des filles, dans une

"Malheureusement, l'aspiration de Malala au droit à l'éducation n'est pas partagé par tous, comme on le constate au travers des insultes et des menaces que lui a valu, y compris sur Facebook, son discours, aujourd'hui, au siège des Nations unies à New-York", a-t-il écrit depuis Strasbourg à Mark Zuckerberg.

Le Conseil de l'Europe préoccupé par les incitations à la haine sur les réseaux sociaux

"Le Conseil de l'Europe apprécie Facebook comme plateforme mondiale de dialogue mais nous sommes préoccupés par les incitations à la haine et à la violence qui se répandent sur internet", ajoute-t-il.

"Je vous invite à dire ‘non' à de tels discours de haine", conclut-il.

Selon un porte-parole du Conseil de l'Europe, Thorbjørn Jagland ne demande pas à Facebook de censurer ses utilisateurs mais souhaite un engagement personnel de Mark Zuckerberg où du site Facebook lui-même.

Le Conseil de l'Europe a lancé en mars dernier son propre réseau social spécifiquement dédié à la lutte contre les discours de haine en ligne.

Malala Yousafzai, qui célébrait son seizième anniversaire aux Nations Unies devant près d'un millier d'étudiants issus du monde entier, a expliqué que l'éducation était la seule façon pour améliorer leur vie.

"Prenons nos livres et nos stylos. Ils sont nos armes les plus puissantes. Un enfant, un professeur, un stylo et un livre peuvent changer le monde", a-t-elle dit en présence de Ban Ki-Moon, le secrétaire général de l'Onu.

L'adolescente avait reçu une balle dans la tête le 9 octobre à la sortie d'une école. Transférée en Grande-Bretagne pour y subir de lourdes interventions chirurgicales, elle n'est sortie de l'hôpital que quatre mois plus tard.

(avec Reuters)

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS