Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Facebook développerait sa propre puce pour alimenter son outil de recommandations

Vu ailleurs Après Google, Microsoft, Apple et Amazon, au tour de Facebook. Le réseau social développerait une suite de puces personnalisées pour ses data centers. L'idée est à la fois d'améliorer son outil de recommandation de contenus et la qualité des diffusions vidéo en direct. En concevant ses propres puces en silicium, le réseau social espère avoir plus de puissance, réduire ses coûts et faire baisser l'empreinte carbone de ses data centers.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Facebook développerait sa propre puce pour alimenter son outil de recommandations
Facebook développerait sa propre puce pour alimenter son outil de recommandations © Facebook/Glassdoor

Facebook s'ajoute aux nombreuses sociétés développant leurs propres puces. L'idée derrière étant de réduire sa dépendance à Intel, Qualcomm ou Broadcom, et de parvenir à mettre au point des puces répondant précisément à ses besoins. Le réseau social plancherait plus spécifiquement sur une suite de puces personnalisées pour ses data centers, rapporte le site spécialisée The Information.

Amélioration des vidéos en direct
Un des processeurs serait conçu pour faire tourner des technologies de machine learning, dont l'algorithme permettant à Facebook de gérer les recommandations de contenus auprès de ses usagers. Un autre processeur devrait aider au transcodage des vidéos pour améliorer la qualité des diffusions en direct. D'ailleurs Facebook avait déjà mis un pied dans le monde des semi-conducteurs en annonçant travailler sur un circuit intégré spécialisé (ASIC, pour application-specific integrated circuit) pour le transcodage vidéo en 2019, rappelle Engadget.

"Facebook explore toujours des moyens d'améliorer les performances de calcul et l'efficacité énergétique avec nos partenaires grâce à nos propres efforts internes, a déclaré un porte-parole de la société à Engadget. Nous n'avons rien de nouveau à partager sur nos plans pour l'avenir pour l'instant".

Le passage à des puces en silicium personnalisées plus puissantes pourrait aider Facebook à réduire ses coûts ainsi que l'empreinte carbone de ses centres de données. Les nouvelles puces fonctionneraient aux côtés des processeurs tiers que la société utilise actuellement dans ses serveurs et ne seraient pas censées remplacer complètement ceux qu'elle possède déjà.

Amazon, Apple, Microsoft, Google
Facebook n'est pas le seul à se lancer dans cette démarche. Amazon a dévoilé Trainium, une puce spécifiquement conçue pour entraîner des modèles d'intelligence artificielle dans le cloud. Google a développé son processeur maison pour équiper ses Pixel 6 et Pixel 6 Pro et développe un CPU pour équiper ses Chromebooks, tout comme Apple a annoncé la transition des Mac vers ses propres processeurs. Microsoft planche également sur ses propres puces ARM pour équiper ses serveurs et ses ordinateurs Surface.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.