Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Facebook Horizon rentrera en bêta fermée d'ici quelques semaines, mais seulement aux Etats-Unis

Vidéo Facebook donne des nouvelles d'Horizon, son expérience sociale en réalité virtuelle. Une phase de bêta test sur invitation débutera au cours des prochaines semaines pour les utilisateurs basés aux Etats-Unis et au Canada. Le reste du monde devra attendre. Au-delà de l'aspect créatif de l'expérience, Facebook insiste toujours sur un point bien précis : la sécurité et le bien-être des utilisateurs contre les individus mal intentionnés.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Facebook Horizon rentrera en bêta fermée d'ici quelques semaines, mais seulement aux Etats-Unis
Facebook Horizon rentrera en bêta fermée d'ici quelques semaines, mais seulement aux Etats-Unis © Facebook

Près d'un an après l'avoir présenté pour la première fois, Facebook donne des nouvelles de son projet de réseau social en réalité virtuelle, baptisé Horizon. Une phase de bêta test fermée débutera au cours des prochaines semaines pour les utilisateurs basés en Amérique du Nord et disposant d'un Oculus Quest ou Oculus Rift. Il faut pour cela en demander accès et attendre d'être invité. Horizon était depuis mars en "alpha test", et passe donc un cap dans sa maturité.

Des zones publiques et des espaces privés
L'Usine Digitale n'a pas eu la possibilité d'essayer l'expérience mais les premières impressions la comparent à l'application Rec Room développée par le studio indépendant Against Gravity. Elles sont toutes les deux basées sur un mélange de création (à plusieurs ou en solo) à l'intérieur de l'expérience puis de partage avec les autres. Elles ont aussi en commun la possibilité de s'adonner à une variété de mini-jeux ou de simplement discuter et partager un moment dans des environnements fantaisistes. Et elles combinent zones publiques et espaces privés accessibles sur invitation.

 


Un système de sécurité et de modération sophistiqué
Facebook est cependant très prudent en ce qui concerne de potentiels abus de la part d'utilisateurs mal intentionnés, et il a mis en place un système de sécurité et de modération sophistiqué. Les utilisateurs peuvent à tout moment mettre l'expérience en "pause" en cas de problème, puis si besoin couper le son venant de quelqu'un, bloquer sa présence ou même se transporter ailleurs si besoin. Les utilisateurs ne respectant pas les règles de bonne conduite pourront aussi être signalés à un modérateur.

Ce système s'appuie sur l'infrastructure mis en place par Facebook pour son réseau social classique. Lorsqu'un signalement est émis, l'utilisateur pourra y joindre les dernières minutes de son expérience, ce qui permettra au modérateur de voir ce qui s'est passé. Ces données seront ensuite effacées.

Pour les situations complexes ou avec des signalements contradictoires, il est aussi possible pour un modérateur d'observer ce qui se passe directement au travers des yeux d'un utilisateur avant prendre sa décision. Par ailleurs, des guides communautaires approuvés par Facebook seront disponibles dans les espaces publics pour aider en cas de besoin.

 

 

Double bannissement en cas d'infraction sévère
A noter que malgré la fusion des comptes Oculus et Facebook, seul l'identifiant Oculus sera visible au sein de Facebook Horizon. L'entreprise souhaite rationnaliser sa gestion des bases utilisateurs mais tout en conservant l'existence de deux entités séparées. Le système d'amis sera donc aussi basé sur l'identité Oculus et pas Facebook. Il sera cependant possible de partager du contenu sur Facebook en quelques gestes. Et en cas d'infraction sévère, il sera possible d'être banni à la fois sur Horizon et sur le réseau social Facebook classique.

Horizon est un projet très important pour Facebook car il incarne le désir de l'entreprise de créer un espace social ouvert à tous et qui permette d'être avec ses proches même en étant à distance. Certains y voient aussi le prototype d'un "métavers", un espace reliant entre eux de multiples univers distincts entre lesquels les utilisateurs pourront se déplacer à loisir. Ce concept, crée par Neal Stephenson en 1992 dans son roman "Le Samouraï virtuel", est très en vogue en ce moment. Tim Sweeney, le fondateur d'Epic Games, a par exemple déclaré publiquement à plusieurs reprises qu'il souhaite que Fortnite devienne un métavers. Reste à voir si ce concept est réellement viable et correspond à un réel besoin de la part du public.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media