Mark Zuckerberg, le CEO Facebook, se défend face à un Parlement Européen en colère

Mark Zuckerberg, le CEO de Facbeook, a été auditionné au Parlement Européen le mardi 22 mai 2018, à quelques jours de l’entrée en vigueur du RGPD. 

Partager
Mark Zuckerberg, le CEO Facebook, se défend face à un Parlement Européen en colère
Mark Zuckerberg a été auditionné au le Parlement européen mardi 22 mai

Après être passé devant le Congrès américain suite à la révélation de l’utilisation et la manipulation de données d’utilisateurs Facebook par la société Cambridge Analytica, Mark Zuckerberg a été auditionné une deuxième fois, le mardi 22 mai 2018, cette fois devant le Parlement Européen.

Les données personnelles encore au cœur des débats, d’autres sujets interpellent les députés

Le dirigeant de Facebook a, sans surprise, encore été questionné sur la protection des données. Il a face à cela affirmé "embrasser les principes du RGPD" et l’appliquer "partout dès son entrée en vigueur", précisant toutefois que le processus risquait d’être long. Une réponse jugée incomplète par les députés, qui attendent des garanties sur la protection des données de 1,5 milliard de personnes non européennes, non concernées par le RGPD, ou encore sur les profils fantômes de Facebook.

Mais les députés européens ne se sont pas arrêtés à la question des données personnelles, préoccupés en outre par le statut de monopole qui est aujourd’hui celui de Facebook. Les eurodéputés allemand, Manfred Weber, et belge GuyVerhofstadt ont insisté sur les filiales de Facebook : il n’y aurait pas, selon eux, de place pour la concurrence, chose inacceptable pour un réseau social qui recueille des données de milliards d’utilisateurs, et exerce une influence non négligeable sur ceux-ci en contrôlant non seulement la publicité, mais aussi, et c’est la dernière accusation du jour, les flux politiques.

Facebook : Un réseau totalitaire ?

Les députés reprochent à Mark Zuckerberg de faillir à son devoir de filtrage et de neutralité, exerçant ce faisant une dérive des informations circulant. Le constat que, malgré les efforts du PDG pour défendre le progrès de l’IA dans l’identification de contenus violents, ceux-ci circulent aujourd’hui plus que jamais sur la plateforme ne plaît pas au parlement. Enfin, deux eurodéputés ont dénoncé d’une part la fermeture de comptes liés au groupuscule Génération identitaire et d’autre part les changements délibérés des algorithmes suite à l’élection de Donald Trump, témoignant d’une utilisation de données manifestement orientée.

Bilan de l’audition : des solutions incomplètes, favorisées par une durée jugée trop courte de l’audience, et des députés toujours aussi en colère face à un Mark Zuckerberg qui ne cesse de s’excuser et s’envolerait trop tôt avec la moitié des réponses.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS