Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Facebook ouvre Internet.org aux développeurs en réponse aux critiques

Vidéo L'initiative internet.org de Facebook, qui vise à donner gratuitement un accès mobile à Internet aux deux tiers de la population mondiale qui n’y ont pas accès, s'ouvre aux développeurs après une controverse sur les restrictions imposées par la plate-forme.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Facebook ouvre Internet.org aux développeurs en réponse aux critiques
Facebook ouvre Internet.org aux développeurs en réponse aux critiques © Internet.org

Mark Zuckerberg a annoncé le 4 mai, dans une vidéo, l'ouverture de la plate-forme Internet.org aux développeurs. C'est une réponse à la polémique née de la restriction du service à certains sites spécifiques, perçue comme ne respectant pas les principes de la neutralité du net (car conférant un accès privilégié à ces sites). Plusieurs entreprises indiennes (l'Inde étant l'un des principaux pays visés par Internet.org) s'étaient désolidarisées du projet pour protester contre cette pratique.

Le projet Internet.org est mené par Facebook en partenariat avec des opérateurs télécoms. Il est déjà opérationnel dans plusieurs pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine. Il donne gratuitement accès à quelques dizaines de sites web, dont Facebook, via une application mobile dédiée. Mark Zuckerberg avait déjà réagi aux critiques par écrit en avril en expliquant que les idéaux liés à la neutralité du net ne doivent pas limiter l'accès à Internet, et qu'il ne peut pas y avoir d'égalité si quatre milliards de personnes n'ont pas accès au service.

Une affaire de compromis

Dans la vidéo, le patron de Facebook explique "qu'offrir l'intégralité du service gratuitement n'est pas possible et aucun opérateur n'y consentirait, le coût d'exploitation de l'Internet représentant des dizaines de milliards de dollars par an." Il ajoute "qu'Internet.org est gratuit et peut exister car les services de base qu'il procure permettent aux opérateurs d'accroître leur clientèle, une majorité de clients migrant éventuellement vers des abonnements payants pour accéder à des services plus avancés." Et "qu'il est préférable de se concentrer sur des services basiques et gratuit qui sont plus simples, consomment moins de bande passante et fonctionnent bien sur des téléphones d'entrée de gamme."

Si la plate-forme est désormais ouverte, elle s'accompagne donc d'importantes restrictions. L'accès aux services nécessitant beaucoup de bande passante n'est notamment pas possible. Le maître mot est l'optimisation. Pas de vidéo, de photos en haute résolution, de transfert de fichiers ou de VoIP au programme. L'accès aux services doit de plus se faire via un proxy spécifique, et plusieurs des technologies les plus courantes du net, comme le protocole de cryptage SSL/TLS ou le Javascript, sont également absentes. Des compromis inhérents au projet qui risquent d'en diminuer l'attractivité auprès des développeurs.

Julien Bergounhoux

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale