Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Facebook préparerait le lancement d'une montre connectée en 2022

Vu ailleurs Facebook semble vouloir se lancer sur un marché largement dominé par Apple : les montres connectées. L'entreprise travaillerait sur une smartwatch dont la commercialisation est prévue dès l'année prochaine. Elle permettra d'envoyer des messages et de mesurer son activité physique grâce à des capteurs. Pour réussir ce nouveau pari, Facebook devra convaincre le public que cet objet n'est pas une porte de plus pour récupérer des données, cette fois-ci particulièrement sensibles.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Facebook préparerait le lancement d'une montre connectée en 2022
Facebook préparerait le lancement d'une montre connectée en 2022 © Unsplash/ Alex Haney

Facebook travaillerait sur une montre connectée qu'il espère commercialiser en 2022, d'après le média spécialisé The Information

Mesurer la performance physique
La montre devrait permettre de mesurer l'activité physique de son porteur grâce à des capteurs, comme la plupart des montres connectées du marché. Les utilisateurs pourront également se connecter à des applications de sport, telle que le "Netflix du vélo" Peloton.

Les services de messagerie de Facebook, tels que WhatsApp, Messenger et la messagerie privée d'Instagram, devraient également être intégrés dans le futur objet. 

Dans un premier temps, le produit devrait fonctionner avec Wear OS, une version du système d'exploitation mobile Android de Google spécialement conçue pour faire les appareils à porter sur soi (wearables), puis avec un système d'exploitation maison actuellement en cours de développement. Le prix de la montre n'est pas encore connu.

Un marché largement dominé par Apple
Bien que l'entreprise de Mark Zuckerberg accélère depuis quelques années dans le hardware avec ses casques de réalité virtuelle Oculus, sa gamme d'appareils Portal ou encore ses futures lunettes connectées conçues avec Ray-Ban, elle ne s'est jamais encore aventurée sur le marché des smartwatchs.

Aujourd'hui, l'Apple Watch est reine sur ce marché. Les parts de marché de l'entreprise américaine ont d'ailleurs significativement augmenté au premier semestre 2020, passant de 43,2 % à 51,4 %, d'après le cabinet de conseil Counterpoint. L'Apple Watch représente plus d'une vente sur deux. Huawei, Samsung et Fitbit, tombé sous le giron de Google, sont également dans le peloton de tête.

Une méthode de contrôle pour de futures lunettes de réalité augmentée ?
Facebook aura donc fort à faire pour s'y frayer une place. Mais l'entreprise à plus d'un tour dans son sac. Cette smartwatch pourrait en effet s'inscrire dans sa stratégie plus générale de création de la prochaine grande plateforme informatique (l'après smartphone). A ce titre, cette montre pourrait intégrer la technologie de la start-up CTRL-labs, rachetée en 2019.

Elle est à l'origine d'un bracelet capable de détecter les signaux électriques que le cerveau envoie aux muscles des bras. Une des applications potentielles de cette technologie est la possibilité de contrôler un système de réalité augmentée (en "cliquant" ou "tapant du texte") par des micro-mouvements. A noter qu'Apple étudie sans doute la viabilité d'une stratégie similaire, ses propres lunettes pouvant s'appuyer sur ses produits existants (iPhone pour le calcul, Apple Watch pour l'interface tactile, Air Pods pour l'audio).

Convaincre le public
Mais au-delà de l'aspect hardware, domaine dans lequel Facebook a fait ses preuves et dont les résultats sont au beau fixe, l'entreprise devra également réussir à convaincre le public, en particulier la catégorie des férus de nouvelles technologies, dont la confiance a été érodée par des scandales à répétition (en premier lieu Cambridge Analytica). D'autant plus que la future montrée connectée traitera des données de santé.

L'une des dernières affaires en date est la nouvelle politique de confidentialité de WhatsApp, filiale de Facebook, dont le service pourrait d'ailleurs être intégré dans cette smartwatch. Finalement repoussées à fin mai 2021, ces nouvelles règles vont obliger les utilisateurs de la messagerie à accepter que certaines de leurs données soient transférées vers d'autres entités du groupe Facebook. Un changement dont l'objectif est de simplifier la communication des commerçants avec leurs clients sur les différents services de Facebook. L'inquiétude était telle qu'un nombre non négligeable d'utilisateurs avaient décidé de migrer vers Signal.

Apple discrédite son (futur) concurrent
Cette défiance est régulièrement pointée du doigt par Apple. Lors d'une prise de parole à l'occasion de la conférence "Computers Privacy & Data Protection" (CPDP), Tim Cook s'est une nouvelle fois posé en défenseur de la vie privée contre les entreprises dont l'activité repose exclusivement sur "l'exploitation des données" et "la surveillance des utilisateurs", faisait référence à Facebook et Google sans jamais les citer. Une manière de décrédibiliser l'entreprise qui sera l'un de ses plus importants concurrents d'ici 5 à 10 ans.

Les deux entreprises sont d'ailleurs déjà en plein conflit concernant un changement de politique sur le tracking publicitaire d'Apple. Facebook s'apprêterait même à lancer une procédure antitrust pour contester cette mainmise sur les développeurs d'applications. Une démarche parallèle à celle de nombreuses autres entreprises, comme Spotify ou Epic Games.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.