Facebook présente des résultats décevants après les scandales à répétition

Facebook dernier de la classe ? C'est ce que laisse entendre son relevé de revenus financiers du deuxième trimestre, paru mercredi 25 juillet 2018. Sans surprise, les amendes honorables de Mark Zuckerberg suite aux révélations sur le détournement des données des utilisateurs notamment par Cambridge Analytica n'auront pas suffi à rallier le grand public à sa cause. Et côté protection des données, la firme n'est sans doute pas au bout de ses peines.

Partager
Facebook présente des résultats décevants après les scandales à répétition
Deuxième trimestre 2018 : des résultats pas si likeable que ça.

Les résultats financiers de Facebook au deuxième trimestre 2018 ont été dévoilés ce mercredi 25 juillet 2018. Entre RGPD en Europe (Règlement général sur la protection des données), et erreurs multipliées par la société Cambridge Analytica, Facebook a du s'adapter. De nouveaux investissements pour la protection des données des utilisateurs européens et le boycott de certains d'entre eux ne l'ont pas aidé à remonter la pente.

Des résultats en-dessous des attentes du marché

L’état des lieux est non seulement mauvais par rapport aux statistiques habituelles de Facebook, mais aussi bien en-dessous des attentes du marché. En un an, d’après Reuters, les dépenses de Facebook ont augmenté de 50%, atteignant les 7,4 milliards de dollars. Selon le rapport de Facebook, le capital investi d’une année sur l’autre au deuxième trimestre a plus que doublé, tandis que les revenus nets n’ont été multipliés que par 1,3.

Du côté du chiffre d’affaires, la déception persiste. Les prédictions étaient de 13,36 milliards de dollars, mais la réalité a statué pour 13,23 milliards de dollars, détaille TechCrunch. Un écart qui peut paraître maigre, mais qui montre en réalité la faiblesse grandissante de Facebook, qui ne se montre pas à la hauteur de ses concurrents comme Alphabet, qui dépasse les attentes en contrôlant ses investissements.

une popularité en baisse, qui se ressent rapidement

En plus de dépenses massives pour la protection des données surtout en Europe, le géant Facebook a vu sa popularité baisser suite à la révélation de nombreux écarts de la société Cambridge Analytica. Cette-dernière, rappelons-le, avait utilisé les données de 50 millions d’utilisateurs à des fins politiques entre 2014 et 2015. Après l'explosion du scandale au cours du mois de mars 2018, elle avait du mettre la clé sous la porte, et avait déjà fait chuter l’action de Facebook de 15% à Wall Street. Puis l’application myPersonnality avait laissé fuiter les données de 3 millions d’utilisateurs Facebook. Au même moment, la nouvelle sortait que Facebook avait laissé Apple, Samsung et autres fabricants de téléphones utiliser les données personnelles de ses utilisateurs.

Malgré des résultats qui tiennent la route, l’historique de Facebook et les durcissements à venir en matière de protection des données n’annoncent rien de bon pour le portefeuille de la société.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS