Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Facebook recrute des spécialistes du chiffrement homomorphe pour exploiter les données chiffrées

Vu ailleurs Dans l’objectif d’exploiter, sans déchiffrer, les données transitant sur ses applications, Facebook se lance dans le chiffrement homomorphe. Le réseau social est en train de monter une équipe de chercheurs en intelligence artificielle pour exploiter cette technique mathématique et renforcer, entre autres, ses méthodes de ciblage publicitaire.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Facebook recrute des spécialistes du chiffrement homomorphe pour exploiter les données chiffrées
Facebook recrute des spécialistes du chiffrement homomorphe pour exploiter les données chiffrées © Geralt/Pixabay

Facebook envisagerait d'analyser le contenu des données chiffrées, notamment à travers WhatsApp, sans avoir à les déchiffrer. Pour ce faire, l’entreprise recrute des chercheurs en intelligence artificielle pour mener des études sur le chiffrement homomorphe, rapporte The Information. Objectif : parvenir à exploiter les données des utilisateurs sans les déchiffrer et renforcer ainsi ses méthodes de ciblage publicitaire.

Le chiffrement homomorphe repose en grande partie sur les mathématiques. Cette technique permet de chiffrer les données de façon à ce qu'elles puissent être exploitées par une tierce partie, en l'occurrence Facebook, sans qu'elle n'ait accès aux données déchiffrées. L'idée pour Facebook est de pouvoir exploiter les données tout en les gardant chiffrées afin de mettre en avant la préservation de la vie privée des utilisateurs et la sécurité des données.

UNE FINALITÉ QUI POSE QUESTION
Facebook a déclaré à The Information qu'il était "trop tôt pour envisager le chiffrement homomorphe pour WhatsApp à l'heure actuelle". Toutefois, l’intérêt de cette technologie est conséquent pour le réseau social. Le géant pourrait atteindre ses objectifs commerciaux tout en répondant aux inquiétudes des régulateurs quant à la façon dont la société traite les informations des utilisateurs, notamment depuis le scandale de Cambridge Analytica.

Mais la confidentialité n'est pas l'unique objectif poursuivi par l'entreprise américaine. Elle souhaite également exploiter les données à des fins de ciblage publicitaire. Il n'est pas certain que les utilisateurs de ses services de messageries perçoivent leurs données comme étant sécurisées si elles sont ainsi exploitées. Mais ces annonces vont dans le sens des ambitions de Facebook pour WhatsApp, Messenger et Instagram puisque l'entreprise entend largement favoriser l'e-commerce sur ces applications.

De nombreuses recherches
Le réseau social est loin d’être le seul à s’intéresser à ce domaine de recherche. Microsoft, Amazon et Google travaillent également sur cette approche. De même, Intel a investi en 2019 dans Duality, une start-up spécialisée dans le chiffrement homomorphe afin de proposer un standard et d'accélérer son adoption. L'entreprise a, par ailleurs, annoncé le 8 mars 2021 dernier avoir signé un partenariat pluriannuel sur le développement de cette technologie avec la Darpa, célèbre agence du département de la Défense des Etats-Unis chargée des projets de recherche avec des technologies de pointe.

Un des freins au déploiement de cette technologie est lié au fait que l'exploitation de données sécurisées par chiffrement homomorphe est très gourmande en puissance de calcul. Un facteur qui rend pour l'instant cette technologie difficile d'accès pour les entreprises et gouvernements qui traitent de grandes quantités de données, comme Facebook.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.