Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Facebook relance Oculus for Business pour s’attaquer sérieusement au marché de la réalité virtuelle en entreprise

Vidéo Le potentiel de la réalité virtuelle en entreprise n'est pas à négliger. D’après ABI Research, le marché de la formation VR pèsera 6,3 milliards de dollars en 2022. Facebook en est conscient et lance une offensive sur le secteur centrée sur ses casques Oculus Quest et Oculus Go. Logiciel de gestion de flotte, mode kiosque, programme partenaire pour les développeurs et revendeurs... Rien n'a été laissé au hasard. Parmi les clients pilotes de cette solution : Hilton, Nestlé Purina, et Ford.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Facebook relance Oculus for Business pour s’attaquer sérieusement au marché de la réalité virtuelle en entreprise
Un designer Ford travaille en réalité virtuelle avec un casque Oculus Quest et le logiciel Gravity Sketch. © Facebook

La conférence Oculus Connect 6 a été l’occasion pour Facebook de dévoiler la nouvelle version de son offre de réalité virtuelle dédiée aux entreprises, Oculus for Business. Ce programme avait été lancé à l'origine en 2017 avec plusieurs gros clients comme Walmart, L'Oréal, Audi ou DHL.

 

Mais il se limitait à simplifier l’achat de matériel, sans fournir de support. Avec la sortie des casques Oculus Go et Oculus Quest, Facebook passe à la vitesse supérieure. Il a dévoilé le 25 septembre 2019 plus de détails sur sa suite logicielle pensée pour les déploiements à grande échelle en entreprise. Elle sera disponible au mois de novembre.

 

Une gestion de flotte simplifiée au maximum

Facebook a mis au point des outils de gestion de flotte dans le cloud, dont une application Android (d’autres OS seront disponibles par la suite) qui permet de provisionner jusqu’à 25 casques en même temps. Un seul compte entreprise est nécessaire, pas besoin d’en créer un pour chaque appareil.

 

Un centre de contrôle accessible via un navigateur web permet ensuite d’administrer les casques : numéro de série, état (actif, appairé à des contrôleurs), le groupe auquel ils appartiennent, le type de casque, la version de l’OS (avec mises à jour possible), le niveau de batterie, le niveau de la connexion Wi-Fi…

 

Les mises à jour peuvent être automatisées sur tous les appareils (elles peuvent aussi être désactivées), de même que l’installation, la mise à jour ou la désinstallation d’applications. Il est aussi possible de facilement gérer les groupes, ce qui permet par exemple de déployer massivement différentes applications sur différents groupes d’appareils.

 

Une interface plus adaptée aux besoins des pros

De la même manière, il est très simple d’ajouter ou de supprimer des administrateurs. Il sera notamment possible pour les développeurs d’administrer la flotte de casques de leurs clients si ces derniers ne souhaitent pas s’en charger eux-mêmes. Un mode administrateur permet d’accéder à certains réglages sur les casques grâce à un code PIN tout en les gardant hors de portée des utilisateurs. Le logiciel est par ailleurs compatible avec les solutions de gestion de flotte du marché, comme MobileIron et VMWare Airwatch.

 

Autre nouveauté : un écran d’accueil simplifié dans lequel ne s’affichent que les applications choisies par l’entreprise pour aller droit au but. Un mode kiosque est également disponible afin de démarrer directement dans une application spécifique, sans passer par le menu.

 

 

Plus besoin de contrôleurs

Du côté des interactions, il est possible d’utiliser les contrôleurs, mais aussi de choisir un mode qui n’utilise que les mouvements de la tête avec un effet de pointeur et un timing pour la sélection des options. Et bien sûr, Oculus for Business bénéficiera des fonctionnalités de suivi des mains qui seront ajoutées à l’Oculus Quest en début d’année prochaine.

 

La possibilité d’utiliser directement ses mains est particulièrement importante dans le contexte professionnel, la prise en main des contrôleurs par du personnel souvent peu à l’aise avec ce type d’appareils représentant une friction non négligeable. "Il y a un coût logistique à devoir gérer deux contrôleurs, à s’assurer que leurs piles soient chargées et qu’ils soient appairés, explique à L’Usine Digitale Maria Fernandez Guajardo, Head of Enterprise AR/VR chez Facebook. Pour la formation professionnelle, le temps passé est très important. Devoir apprendre à se servir des contrôleurs peut représenter une perte de temps non négligeable. Et ils sont aussi souvent intimidants pour les gens, beaucoup plus que le casque."

 

Oculus Link sera supporté

D’après Maria Fernandez Guajardo, Oculus for Business supportera également Oculus Link, qui permet de transformer un Oculus Quest en casque PC. Il faut noter cependant que la suite professionnelle mentionnée ci-dessus ne gère pas les casques PC, ces derniers étant considérés comme des périphériques pour ordinateurs.

 

Une gestion des données sécurisée et contrôlée par le client

Pour rassurer ses potentiels clients, Facebook s’est appuyé sur l’expérience qu’il a bâti avec son offre Workplace by Facebook. Oculus for Business utilise la même infrastructure et les mêmes protocoles de stockage de données sécurisé. Pour compléter le tout, les casques sont garantis 24 mois et un service client dédié est disponible 24h/24 par chat, email ou téléphone.

 

Les prix restent de 599 dollars pour un Oculus Go avec 64 Go de stockage et de 999 dollars pour un Oculus Quest avec 128 Go de stockage. Cela inclut une licence d’un an pour la suite logicielle Oculus for Business.

 

 

Hilton, Nestlé Purina et Ford choisissent Oculus

Les cas d’usage de trois nouveaux clients ont été présentés en même temps que l’annonce. Hilton, qui se sert de la solution SweetRush pour plonger les employés de son siège social dans le quotidien de l’hôtellerie ; Nestlé Purina, qui forme les employés de ses usines en VR pour augmenter leur productivité mais aussi améliorer la sécurité ; Ford, qui accélère son processus de conception automobile avec Gravity Sketch (il parle d’un temps de conception réduit à 20 heures au lieu de plusieurs mois). Ils utilisent tous Oculus Quest.

 

Ils rejoignent des clients existants comme Farmers Insurance, Eon Energy, Walmart ou le Johnson & Johnson Institute, qui travaille avec la start-up OssoVR à la formation des chirurgiens en réalité virtuelle. "Si le Johnson & Johnson Institute prévoit un déploiement global des formations VR pour les chirurgiens, c’est grâce au Quest, avance Maria Fernandez Guajardo. Cela n’aurait pas été possible autrement, et c’est pour cela que nous relançons notre offre business aujourd’hui. Nous avions besoin de Quest."

 

Un programme partenaire pour les développeurs

Evidemment, l'offre Oculus for Business n’aurait que peu d’intérêt si des applications pertinentes n’étaient pas disponibles. Facebook lance donc également un programme partenaire pour les éditeurs logiciels indépendants (ISV). "Nous voulons aider les développeurs à créer du contenu qu’ils peuvent réutiliser plutôt que de créer des applications à usage unique, détaille Maria Fernandez Guajardo. C’est plus économique pour tout le monde et cela va permettre de développer le marché. Le coût des applications est un sujet majeur aujourd’hui."

 

Un formulaire est disponible sur le site officiel. Facebook ira par ailleurs à la rencontre des développeurs européens au mois de novembre, après le lancement officiel de cette nouvelle offre. Les développeurs intéressés sont invités à contacter la rédaction de L’Usine Digitale, qui pourra les mettre en relation avec les bons interlocuteurs.

 


Le potentiel de la VR en entreprise tel que le résume Facebook

 

Ce programme impliquera entre autres des opportunités marketing et la possibilité de faire des retours aux équipes de Facebook et d’avoir un impact sur l’évolution des outils. A l’avenir, les équipes business travaillent aussi à donner aux développeurs pro les mêmes outils dont bénéficient les développeurs d’applications grand public. Contrairement à la stratégie de Microsoft pour HoloLens, Facebook ne prévoit pas de développer ses propres applications, d’après Maria Fernandez Guarjardo.

 

A noter que Facebook se concentre sur les déploiements à grande échelle de casques autonomes au sein des entreprises classées au Global 2000. Les cas d’usage sur lesquels il voit le plus de valeur ajoutée sont ceux liés à la collaboration, l’apprentissage et le design ou la simulation.

 

Un réseau de distributeurs sera constitué l’année prochaine

Un autre programme est prévu, cette fois-ci pour établir un réseau de distributeurs partenaires (Channel Partner Network). Il sera lancé l’année prochaine. Il inclura pour commencer les entreprises Synnex, Exertis, Stampede, CDW, Shi et TechData.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale