Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Yves Guillemot, PDG d'Ubisoft, se prononce sur une possible adaptation VR de Splinter Cell

Vu ailleurs Facebook poursuit sa politique de financement de contenus pour ses casques de réalité virtuelle Oculus. D'après The Information, l'entreprise chercherait à financer des adaptations en réalité virtuelle de jeux à succès, et aurait déjà signé un accord avec Ubisoft autour des licences Assassin's Creed et Splinter Cell. Facebook serait par ailleurs décidé à racheter des studios de développement de jeu.
mis à jour le 13 août 2019 à 09H45
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Yves Guillemot, PDG d'Ubisoft, se prononce sur une possible adaptation VR de Splinter Cell
Yves Guillemot, PDG d'Ubisoft, se prononce sur une possible adaptation VR de Splinter Cell © Facebook

Mise à jour le 13 août : Lors d'une interview vidéo réalisée à l'occasion du salon ChinaJoy, Yves Guillemot, PDG d'Ubisoft, a déclaré en réponse à une question sur la série Splinter Cell : "Il y aura de nouveaux types d'expériences mais sur des appareils différents. Nous travaillons beaucoup sur la marque aujourd'hui, pour qu'elle revienne à un moment, mais nous ne pouvons pas dire quand car cela prend du temps. Nous devons à chaque fois trouver la bonne expérience pour revenir en force".

 

Facebook est l’un des plus gros investisseurs en matière de contenus pour la réalité virtuelle. Une position qu'il renforcerait encore cette année au travers d'un nouveau partenariat avec Ubisoft. D’après le média The Information, qui cite deux sources internes, les deux entreprises auraient signé un accord pour adapter les licences Assassin’s Creed et Tom Clancy’s Splinter Cell en réalité virtuelle. Elles seraient disponibles en exclusivité sur la plate-forme Oculus.

 

Facebook voudrait racheter des studios de développement

The Information explique qu'il s'agit d'une nouvelle initiative au sein de Facebook, menée par Jason Rubin, récemment promu VP of Special Gaming Initiatives, et à laquelle est directement impliqué Mark Zuckerberg. Elle consisterait à signer des accords pour adapter des licences de jeux à succès en VR, mais aussi à racheter des studios de développement de jeux, ce qui est plus surprenant. Oculus s'est en effet toujours positionné comme un éditeur, préférant financer des développeurs tiers plutôt que de constituer des studios internes. Si ces informations sont correctes, il s'agirait donc d'un pivot stratégique pour l'entreprise.

 

La somme engagée par Facebook dans cet effort serait inférieure à 1 milliard de dollars pour le moment, mais pourrait encore grossir, d’après les sources de The Information. L'objectif serait de continuer à renforcer l'écosystème logiciel Oculus que Facebook a bâti depuis son rachat de la start-up il y a 5 ans, et à attirer un plus large public. Cela viendrait s'ajouter aux autres activités de financement auxquelles se livre déjà l'entreprise.

 

Une politique d'investissement nécessaire pour rendre sa plate-forme viable

En effet, Facebook a déjà investi au moins 1 milliard de dollars dans les contenus en réalité virtuelle jusqu'à présent. Mais sa stratégie était orientée vers des financements accordés à des studios de développement de taille moyenne en échange d’exclusivités temporaires ou permanentes, principalement sur de nouvelles licences. Les gros titres à venir sur la plate-forme sont Stormland (Insomniac Games), Asgard’s Wrath (Sanzaru Games) et un titre du studio Respawn Entertainment (racheté en 2017 par Electronic Arts) qui sera dévoilé à l'automne 2019.

 

La signature d'un accord avec Ubisoft n'est pas surprenante. L'entreprise française, troisième plus grand éditeur indépendant au monde, est l'une des plus prolifiques en matière de réalité virtuelle avec 5 jeux sortis jusqu’à maintenant, plus une série d'expériences pensées pour le divertissement hors du domicile basées sur les univers d’Assassin’s Creed et des Lapins Crétins. Elle est aussi très ouverte aux partenariats et a notamment été le premier partenaire de Google pour son service Stadia.

 

Facebook voit en la réalité virtuelle et augmentée le futur de l'informatique dans une ère post-smartphone, et le jeu vidéo en est le premier marché. Il s'agit aussi d'une des rares voies de développement sur laquelle l'entreprise ne subit pas de pression publique, contrairement à ses activités de réseau social ou à Libra, sa crytomonnaie récemment dévoilée. Son dernier casque de réalité virtuelle en date, l'Oculus Quest, pourrait être le point de départ d'un vrai succès auprès du grand public. Il est en rupture de stock aux Etats-Unis depuis son lancement.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale