Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Facebook suspend des dizaines de milliers d'applications pour atteinte à la vie privée de ses utilisateurs

Facebook fait le ménage sur sa plate-forme, et ce n'est pas joli à voir. Le réseau social révèle avoir banni des dizaines de milliers d'applications qui ne respectaient pas ses règles en matière de respect de la vie privée des utilisateurs. Elles étaient le fait d'environ 400 développeurs aux pratiques abusives.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Facebook suspend des dizaines de milliers d'applications pour atteinte à la vie privée de ses utilisateurs
Facebook suspend des dizaines de milliers d'applications pour atteinte à la vie privée de ses utilisateurs

Les retombées du scandale Cambridge Analytica, dans lequel l'entreprise susnommée a obtenu abusivement une importante quantité de données d'utilisateurs Facebook, se poursuivent. Dans un billet de blog publié vendredi 20 septembre, le réseau social annonce avoir suspendu l'accès à sa plate-forme à des dizaines de milliers d'applications pour des raisons de respect de la vie privée. Si Facebook prouve par ces actions qu'il prend au sérieux les problèmes fondamentaux soulevés lors de cette affaire, il révèle aussi que leur étendue dépasse le cadre de quelques applications malveillantes.

 

Pour rappel, Cambridge Analytica a pu avoir accès aux données d'un très grand nombre d'utilisateurs grâce à des permissions trop souples de la part de Facebook. Au lieu de n'avoir que les informations des utilisateurs participants à son programme, elle a aussi eu accès à celles de tous leurs contacts, et sans que ces derniers en soient informés. Des millions d'utilisateurs étaient concernés. Ces données ont ensuite été utilisées pour influencer les élections présidentielles américaines ainsi que le référendum du Brexit au Royaume-Uni.

 

Facebook est sous pression

A la suite de l'enquête de la Federal Trade Commission (FTC), Facebook a écopé d'une amende de 5 milliards de dollars en juillet 2019. Le jugement a aussi imposé au réseau social de s'assurer avec plus de rigueur que les tiers respectent ses conditions d'utilisation. La pression politique est de manière générale de plus en plus élevée sur Facebook, aussi bien aux Etats-Unis qu'en Europe.

 

400 développeurs tiers concernés

Dans son billet, Facebook affirme que les développeurs tiers restent un élément vital de son écosystème, même si le respect de la vie privée passe avant tout. Les dizaines de milliers d'applications concernées n'étaient le fait que de 400 développeurs, et des millions d'autres applications auraient été passées au crible sans qu'un problème soit détecté.

 

Impossible cependant de ne pas remettre en cause la stratégie d'ouverture des données que l'entreprise avait mise en place justement pour attirer ces développeurs tiers. Elle avait à l'époque été acclamée par les observateurs, la presse comme les analystes, qui y voyaient un important relais de croissance potentiel pour le réseau social.

 

Le passage en revue des applications se poursuit, et implique à la fois les équipes de Facebook et des contributeurs externes (avocats, data scientists, experts en réglementation...). Outre le fait de les bannir de sa plate-forme, Facebook a intenté des actions en justice contre plusieurs développeurs dont les pratiques étaient douteuses. Le réseau social indique être "loin d'en avoir fini".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale