Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Facebook suspend temporairement la vente de ses casques Oculus en Allemagne

Vu ailleurs Facebook arrête temporairement la vente des casques de réalité virtuelle Oculus en Allemagne. Les autorités nationales affirment que la fusion des comptes utilisateurs Oculus et des comptes Facebook viole le RGPD.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Facebook suspend temporairement la vente de ses casques Oculus en Allemagne
Facebook suspend temporairement la vente de ses casques Oculus en Allemagne © Oculus

Facebook interrompt temporairement la vente des casques de réalité virtuelle Oculus en Allemagne, révèle le 2 septembre le média Heise Online. "Nous continuerons à soutenir les utilisateurs qui possèdent déjà un appareil Oculus et nous sommes impatients de reprendre les ventes en Allemagne", a précisé un porte-parole du géant américain à GamesIndustry.biz.

Une décision préventive de Facebook
Cet arrêt temporaire, que Facebook a visiblement décidé de son plein gré de manière préventive, serait dû à un désaccord avec les autorités allemandes, qui reprochent à l'entreprise la disparition des comptes utilisateurs Oculus, utilisés par sa plateforme de réalité virtuelle, au profit de comptes Facebook. En effet, à partir du mois d'octobre 2020, les nouveaux utilisateurs ne pourront plus créer de compte Oculus, ils devront obligatoirement passer par leur compte Facebook (ou en créer un si besoin).

Par ailleurs, tous les futurs casques Oculus nécessiteront obligatoirement un compte Facebook pour fonctionner. Pour les utilisateurs Oculus existants qui n'auraient pas encore sauté le pas, il sera possible de fusionner les comptes Oculus et Facebook. A compter du 1er janvier 2023, le support technique ne sera plus assuré pour les comptes Oculus sur aucun appareil. A noter que les identifiants Oculus continueront d'exister et d'être utilisés dans les expériences de réalité virtuelle, ils seront juste rattachés aux comptes Facebook.

L'obligation de créer un compte Facebook serait contraire au RGPD
Le commissaire de Hambourg à la protection des données et à la liberté d'information (HCDPFI) s'interroge sur la légalité de cette décision, justifiée par la rationalisation des technologies internes de Facebook et le développement de fonctionnalités sociales plus poussées. "L'obligation de créer un compte Facebook est juridiquement extrêmement discutable, du moins pour ceux qui ont déjà acheté un casque. La question de savoir si cela s'applique également aux nouveaux clients est un sujet de débat. Cela devrait largement dépendre de la conception du contrat, que nous n'avons pas consulté", indique l'autorité chargée de la protection de la vie privée.

Le commissaire estime que cette obligation serait contraire à l'article 7 du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Ce texte interdit de lier un contrat (par exemple, le CLUF nécessaire à l'utilisation d'un casque Oculus) au partage de données personnelles spécifiques (par exemple, les données incluses dans le compte Facebook personnel d'un utilisateur). Cette obligation de "couplage" provoque une absence présumée du consentement de l'utilisateur.

Facebook n'est pas en pourparlers avec les autorités
Le HCDPFI et l'Office fédéral allemand de lutte contre les cartels, chargé de veiller aux pratiques anticoncurrentielles, ont indiqué qu'ils n'étaient pas actuellement en discussion avec Facebook à ce sujet. A noter que le gendarme allemand de la concurrence a déjà poursuivi le géant américain pour qu'il limite la collecte de données sur des applications et services appartenant à Facebook, comme WhatsApp et Instagram.

"Les régulateurs allemands ont raison de remettre en question la légalité de cette décision", a déclaré Ray Walsh, expert en confidentialité numérique chez ProPrivacy, dans un communiqué fourni à Ars Technica. "Les consommateurs devraient être autorisés à posséder un appareil sans avoir à le lier à Facebook. Forcer les utilisateurs à faire partie d'un écosystème social n'est pas nécessaire pour jouer à la grande majorité des jeux, et ceux qui souhaitent jouer à des jeux sans réseaux sociaux devraient être libres de le faire. "

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media