Facebook veut faire de sa plate-forme Atlas un titan du marché de la publicité en ligne

Facebook lance une nouvelle offensive dans la publicité en ligne avec la plate-forme Atlas. Cette technologie devrait permettre de suivre l'utilisateur sur différents supports ainsi qu'en dehors du réseau social.

Partager
Facebook veut faire de sa plate-forme Atlas un titan du marché de la publicité en ligne

Facebook a annoncé le lancement de sa plate-forme Atlas, rachetée à Microsoft en 2013. Selon le réseau social, elle va permettre aux annonceurs d'acheter des publicités sur des sites ou applications qui n'appartiennent pas à Facebook, tout en bénéficiant des données ciblées du réseau social. Le but est d'aider les annonceurs à déterminer quels utilisateurs ont vu leurs publicités et sur quel support, smartphone, ordinateur ou tablette. L'identité des utilisateurs devrait rester anonyme. Seuls des "faits basiques" sur l'utilisateur seront communiqués aux annonceurs, promet Facebook.

Un marketing "centré sur les individus"

La grande promesse de Facebook, c'est le "marketing centré sur les individus", donc sur les utilisateurs et leurs préférences. Facebook balaie l'utilisation des cookies, inefficaces et peu fiables, selon Erik Johnson, en charge d'Atlas. Selon le Wall Street Journal, le réseau utilise à la place sa propre technologie liée au profil Facebook de l'utilisateur.

En reliant l'activité d'un individu sur la toile (et ses interactions avec des publicités) directement à son profil Facebook, Atlas permettrait de suivre les utilisateurs dans leurs déplacements sur le web de manière bien plus efficace que les cookies. Cela devrait aussi permettre de "suivre" un individu sur différents supports. Par exemple, selon Facebook cette stratégie devrait permettre de suivre les interactions sur mobile. Un annonceur utilisant Atlas pourrait désormais voir qu'un individu a acheté un produit depuis son ordinateur, mais a d'abord vu la publicité sur son smartphone. Un moyen d'intégrer les données mobiles dans le suivi publicitaire. C'est bien entendu l'atout principal d'Atlas pour les annonceurs, car il est encore difficile aujourd'hui de mesurer l'activité mobile des acheteurs.

A l'assaut de Google

Selon de nombreux experts, Atlas attaque le marché publicitaire de Google, Facebook ne s'en cache pas. Si le premier domine pour l'instant largement le marché de la publicité en ligne, les deux firmes sont déjà au coude à coude en ce qui concerne le marché des bannières publicitaires. Si celles-ci sont au coeur du modèle Facebook, Google se concentre avant tout sur les publicités liées à la recherche sur internet.

Facebook a annoncé un premier partenaire, le géant Omnicom, dont les clients Pepsi et Intel devraient être parmi les premiers à tester Atlas. Il faudra attendre de voir comment les annonceurs et les producteurs de contenu utilisent la plate-forme pour vraiment déterminer sa portée.

Nora Poggi


Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS