Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Facebook - WhatsApp : 16 milliards de dollars pour devenir le maître du monde de la messagerie instantanée

Le réseau social Facebook a créé la surprise en rachetant le service de messagerie instantanée WhatsApp pour plus de 16 milliards de dollars. Une opération stratégique nécessaire.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Facebook - WhatsApp : 16 milliards de dollars pour devenir le maître du monde de la messagerie instantanée
Facebook - WhatsApp : 16 milliards de dollars pour devenir le maître du monde de la messagerie instantanée © abulhussain - Flickr c.c.

Facebook va enfin pouvoir rattraper son retard dans la messagerie instantanée. L'acquisition surprise du service de messagerie WhatsApp mercredi 19 février, pour une somme totale de 19 milliards de dollars, a secoué l'industrie numérique. La plus grosse acquisition de l'histoire de Facebook supplante le rachat d'Instagram pour 1 milliard de dollars en avril 2012. Ce montant surpasse aussi largement les 3 milliards qu'avaient mis Facebook sur la table pour acheter l'application Snapchat.

35% du trésor

Après plusieurs tentatives ratées en 2013, le géant Facebook a fini par convaincre les dirigeants de WhatsApp de céder leur application. Il faut dire que le plus gros réseau social n'a pas lésiné sur les moyens : 16 milliards de dollars, dont 4 milliards en cash et 12 milliards en actions Facebook, sans compter les 3 milliards de dollars en actions qui seront versés au personnel de WhatsApp sur une période de quatre ans après le bouclage de l'opération.

Le co-fondateur et PDG de WhatsApp, Jan Koum, rejoindra le conseil d'administration de Facebook. Cependant, le service de messagerie fonctionnera indépendamment de celui du réseau social. Comme cela s'est passé avec Instagram, ses équipes resteront à Mountain View et continueront à travailler sur leur produit.

Le montant de l'acquisition a surpris plus d'un observateur dans la Silicon Valley. Pour ce deal Facebook utilise 35% de son cash - une somme démesurée - et 8% de son stock d'actions. Un pari fou ? Plutôt une nécessité stratégique.

Selon le communiqué de Facebook, le volume de messages envoyés sur WhatsApp approche "le volume entier des SMS des opérateurs télécoms mondiaux". Le journaliste du New York Times Nick Bilton a mis ce chiffre en perspective dans un tweet : "c'est environ 7 milliards de milliards de messages par an".

Facebook says WhatsApps "volume approaching the entire global telecom SMS volume." That's around 7 trillion messages a year.

Asie, Europe et Amérique du Sud

"WhatsApp est en passe de connecter un milliard de personnes. Les services qui atteignent ce niveau ont tous une valeur incroyable", ajoute Mark Zuckerberg dans le communiqué. Le service de messagerie compterait aussi 450 millions d'utilisateurs actifs à travers le monde, dont 70% ouvrent l'application tous les jours. WhatsApp attire aussi plus d'un million de nouveaux utilisateurs par jour. A titre de comparaison, Viber, racheté par Rakuten pour 900 millions de dollars, comptait 300 millions d'utilisateurs. Les principaux concurrents restent le chinois WeChat de Tencent, avec 272 millions d'utilisateurs actifs, et le japonais Line, qui en compte 300 millions.

Mais avant tout, WhatsApp réussit là où Facebook Messenger est à la traîne, dans les pays émergents et en Europe, comme le montre cette carte d'Onavo, publiée par TechCrunch.

En Europe par exemple, peu d'utilisateurs de Facebook communiquent passent par Facebook Messenger pour des conversations instantanées... beaucoup préfèrent WhatsApp. En Asie et en Amérique latine, notamment au Brésil et au Mexique, l'avance de WhatsApp est encore plus marquée. Cette acquisition permettra donc au réseau social d'étendre son influence bien au delà des frontières américaines, et surtout de ne pas perdre du terrain sur le mobile.

Malgré tout, les investisseurs ont pris peur et l'action Facebook a reculé de 4,8 % à près de 65 dollars après l'annonce de l'opération avant de remonter après une conférence de Zuckerberg et Koum avec les analystes.

Nora Poggi, à San Francisco

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale