Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Faut-il être californien et patron de la tech pour sauver la planète ?

Edito Vidéo La moitié des milliardaires qui ont suivi Bill Gates dans son initiative pour favoriser le développement d'energies propres et peu chères sont issus de la Tech. Dix d'entre eux sont installés en Silicon Valley. Mais pourquoi cette vague verte viendrait-elle de l'épicentre mondial du digital ?

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Faut-il être californien et patron de la tech pour sauver la planète ?
Faut-il être californien et patron de la tech pour sauver la planète ?

En marge de la COP21 qui a réuni à Paris 150 chefs d'état ce 30 novembre pour trouver des solutions contre le réchauffement climatique, Bill Gates a annoncé la création d'un fonds d'investissement pour financer la recherche dans les énergies propres. Soutenu par le fondateur de Microsoft et 26 des plus importantes fortunes du monde, la Breakthrough Energy Coalition vise à "inventer et mettre à l'échelle les technologies innovantes qui limiteront l'impact du changement climatique tout en fournissant une énergie abordable et fiable à tout un chacun", peut-on lire sur le site lancé pour l'occasion.

Ces philanthropes des temps modernes viendront abonder des "financements publics en faveur des énergies propres […] tout simplement trop bas à l'heure actuelle pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés".

 

Qui sont-ils, ces tycoons qui veulent sauver la planète ? Ils dirigent Microsoft mais aussi Salesforce, Amazon, Virgin, Kleiner Perkins Caufield & Byers, Linkedin, Khosla Ventures, Alibaba, Iliad, SAP, Softbank, Hewlett Packard Entreprise, Facebook… La moitié des généreux donateurs sont à la tête d'entreprises de la Tech et dix d'entre eux sont installés en Californie.

 

Philantropes pour connecter le monde

À l'origine de l'initiative, Bill Gates s'est évidemment tourné vers ses voisins. Mais est-ce la seule raison ? Sans doute pas. En cette période de vaches maigres, ces dirigeants sont les seuls assis sur des tas d'or suffisamment gros pour prendre le risque de financer des recherches fondamentales qui mettront des années à aboutir (et renforceront leur trésor ?). Ils sont forts aussi de leur capacité à faire accélérer les processus d'innovation.

 

Enfin, l'objectif "sauver la planète" est en ligne avec la philosophie affichée par nombre des patrons de ces géants du numérique qui disent tous vouloir améliorer nos vies (l'hôpital de San Francisco s'appelle "Priscilla Chan and Mark Zuckerberg San Francisco General Hospital and Trauma Center" depuis le 17 novembre). Internet.org, le partenariat mondial mené par Facebook veut par exemple donner accès à internet à "the next billion", le milliard d'humains qui n'est pas encore connecté… ce qui permet aussi au plus grand nombre d'utiliser leurs services, tout comme le fera l'accès à l'énergie.

 

Mais d'ailleurs où est Google dont "Do the right thing" est le nouveau slogan ? Et l'omnipotent Elon Musk ?

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale