Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Faux avis sur Internet : Bruxelles menace de sévir

Selon un contrôle effectué par la Commission européenne, plus de la moitié des sites e-commerce ne respectent pas la législation sur les avis de consommateurs en ligne. L'UE n'écarte pas de mener des actions dans les pays concernés.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Faux avis sur Internet : Bruxelles menace de sévir
Faux avis sur Internet : Bruxelles menace de sévir © Wikipedia

Ils infestent les places de marché, les comparateurs de prix, les sites de réservation d'hôtels et les moteurs de recherche : les faux avis de consommateurs minent la confiance dans le commerce en ligne. La Commission européenne, qui a publié le 20 janvier les résultats d'un contrôle de 223 sites web, estime que 55% des sites enfreignent les règles de l'Union européenne sur les pratiques commerciales déloyales. Celles-ci établissent notamment que la vente, l'achat et la soumission de faux avis de consommateurs pour promouvoir des produits sont interdits.

Selon une enquête menée en 2020 dans l'UE, au Royaume-Uni, en Islande et en Norvège,
71% des consommateurs considèrent par exemple les avis comme importants lorsqu'ils choisissent un logement de vacances. Les manipulations de ces avis résultent donc potentiellement en des ventes supplémentaires.

Efforts insuffisants
Les avis trompeurs sont certes difficiles à combattre, mais encore faut-il essayer. Selon la Commission, 144 des 223 sites contrôlés ne font pas "suffisamment d'efforts pour garantir que les avis soient authentiques, c'est-à-dire qu'ils soient postés par des consommateurs qui ont effectivement utilisé le produit ou le service évalué". Ce qui signifie que sur près des deux tiers des sites, il existe un doute sur la fiabilité des avis.

"Les entreprises en ligne doivent fournir aux consommateurs des informations claires et visibles sur la fiabilité de ces avis. Les résultats publiés aujourd'hui appellent clairement à prendre des mesures. Nous veillerons à ce que le droit de l'Union soit respecté", a déclaré le commissaire à la justice Didier Reynders.

des avis sponsorisés incognito
Les sites sont notamment tenus d'informer les consommateurs quant à la manière dont les avis sont recueillis et traités (47% ne le font pas du tout, 16% le font figurer dans des clauses "en petits caractères") ; quant à la manière dont les faux avis sont évités (53% ne le font pas) ; et d'indiquer que les avis récompensés par de l'argent sont interdits ou identifiés comme tels (79% ne le font pas).

La Commission précise que "les autorités nationales contacteront les opérateurs concernés pour qu'ils modifient leur site web et, si nécessaire, engageront des actions conformément à leurs procédures nationales".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.