Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

FFly4u, Weenat : pourquoi ils ont choisi Sigfox

Deux start-up expliquent leur décision d'opter pour le service de communication de la start-up toulousaine Sigfox. La prime à la rapidité et à l'efficacité, résument Olivier Pagès de Ffly4u et Jérôme Leroy de Weenat.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

FFly4u, Weenat : pourquoi ils ont choisi Sigfox
FFly4u, Weenat : pourquoi ils ont choisi Sigfox © Weenat

Au moment d'opérer un choix technologique et business crucial, faut-il privilégier les réalités d'aujourd'hui ou les promesses de demain ? De nombreuses start-up ont rejoint le camp des "early adopters" de Sigfox, séduites avant tout par la disponibilité immédiate du service, qui permet déjà de couvrir de nombreux cas d'usage B2B et B2C.

 

sigfox, alternative low-cost et efficace au rfid dans la logistique

C'est le cas de Ffly4U qui n'a guère hésité sur la technologie à adopter au moment de conceptualiser son idée : rendre la supply chain intelligente et connectée. "On a regardé la réalité des choses et discuté avec de nombreux acteurs du marché. Or, pour tracer des actifs mobiles, comme des engins de chantier, en pleine nature et à faible coût, force est de constater qu'il n'y a pas 36 solutions disponibles aujourd'hui : seul Sigfox le fait. Et je ne vois pas les choses changer dans les six prochains mois, malgré les effets d'annonces. J'ai des clients qui ont des besoins dès décembre 2015 : c'est aujourd'hui que ça se passe, pas dans 3 ans", témoigne Olivier Pagès.

 

Choisir Sigfox, c'est accepter dès le départ les contraintes du réseau (qui font aussi sa force) : il permet d'échanger une quantité de données par nature extrêmement  limitée chaque jour. Cela ne bride pas l'innovation, selon Olivier Pagès. "On a bâti deux offres : l'une qui permet de suivre des actifs dans un bâtiment, l'autre à l'extérieur, partout en France. Pour la première, on communique quatre fois avec l'objet par jour au maximum ; pour la seconde, où le capteur est associé à un GPS, deux fois. Nos besoins sont largement remplis avec les quelques octets que l'on peut échanger quotidiennement. On peut dire beaucoup de choses en peu de messages", explique Olivier Pagès. "Cette économie d'énergie permet de garantir une durée de vie de 7 ans pour le premier cas, quatre ans pour le second et des coûts compétitifs, 1 euro par an pour la première offre, 2 euros pour la seconde". Incomparable avec les solutions RFID qui existaient jusque-là.

 

Sigfox "pousse à être créatif"

Jérôme Leroy, de Weenat, start-up qui conçoit des capteurs pour l'agriculture, opère le même constat : Sigfox pousse à l'ingéniosité. "Ses contraintes nous obligent à être créatifs, résume-t-il. Tous nos choix sont dictés par un facteur clé : l'autonomie. On optimise les remontées d'infos pour satisfaire ce critère. C'est la logique du OG, par opposition à la 5G".

 

Le fondateur de la start-up ne regrette pas d'avoir misé sur cette technologie il y a 3 ans. "Nous l'avions comparée à d'autres solutions comme LoRa et Qowisio, elle nous est apparue comme la meilleure en termes d'autonomie, de miniaturisation et surtout de couverture. Imaginez si j'avais fait le choix de LoRa il y a trois ans : je ne serais plus là aujourd'hui, à force d'attendre que les réseaux soient lancés".

 

Jérôme Leroy apprécie particulièrement le côté "plug and play" de Sigfox dans les pays où le réseau est déployé. "On sort le capteur de la boite en France comme au Danemark et il est immédiatement opérationnel. Pas besoin d'installer un amplificateur de réseau à proximité, ou de devoir prendre un abonnement avec un opérateur dans chaque pays", argumente-t-il. Le patron de la jeune pousse basée à Lille identifie tout de même un point d'amélioration : le prix des puces. "Les tarifs ne sont pas encore ultra accessibles, faute de volumes très importants. Mais ça va venir", espère-t-il.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale