Volta Medical concrétise une levée de fonds de 36 millions d'euros pour mieux traiter la fibrillation atriale

Un an après une levée de 23 millions d’euros (série A), la société marseillaise conforte encore ses moyens financiers pour développer son logiciel d’intelligence artificielle destiné à aider les chirurgiens dans l’identification et le traitement d’arythmies cardiaques.

Partager
Volta Medical concrétise une levée de fonds de 36 millions d'euros pour mieux traiter la fibrillation atriale

Volta Medical officialise ce 5 janvier un financement de série B de 36 millions d’euros dans le cadre d’un tour de table mené par le groupe américain Vensana Capital, avec un coinvestissement de Lightstone Ventures et du fonds existant, Gilde Healthcare. Cette levée intervient un an après le financement de série A de 23 millions d’euros qu’avait conduit ce dernier avec l’appui de Pasteur Mutualité.

Depuis sa création en 2016 à Marseille (Bouches-du-Rhône), la société a levé plus de 70 millions d’euros pour concevoir, développer et soumettre à des études cliniques son logiciel d’intelligence artificielle ciblé sur la fibrillation atriale, une pathologie cardiaque qui affecte 33 millions de personnes dans le monde.

"Depuis un an, nous avons connu d’importantes évolutions puisque notre solution est désormais utilisée dans 30 centres dans cinq pays, France, Allemagne, Belgique, Hollande et Etats-Unis, alors qu’elle n’était expérimentée auparavant que dans huit centres français, explique le président et cofondateur de Volta Medical, Théophile Mohr-Durdez. Plus de 1000 patients souffrant d’une fibrillation atriale (FA) persistante ont pu bénéficier de notre technologie lors d’une intervention chirurgicale. Nous nous appuyons sur 70 collaborateurs répartis entre Europe et Etats-Unis, mais le cœur de la conception, de la R&D, des études cliniques, de la production et le siège restent basés à Marseille."

Ablation sur-mesure

Avec cette levée, Volta Medical entend accélérer sur plusieurs axes. Elle va permettre d’abord de soutenir dans les prochains mois le lancement d’une nouvelle version de son logiciel, Volta VX1+, pour guider et aider à décider les cardiologues rythmologues au sein des blocs opératoires, en facilitant l’identification et l’annotation en temps réel des anomalies uniques (appelées "électrogrammes dispersés") sur des cartes 3D anatomiques et électriques du cœur.

"Nous voulons réussir à standardiser l’approche d’ablation complexe pour réduire la variabilité entre les centres utilisateurs, poursuit le dirigeant. Après notre étude multicentrique menée sur 85 patients en FA persistante, nous avons lancé une nouvelle étude clinique randomisée sur douze mois et 30 centres spécialisés en FA qui porte sur 360 patients, baptisée "Tailored AF". C’est l’une des plus ambitieuses jamais conduites sur cette pathologie. Elle doit démontrer la supériorité de notre technologie sur les approches conventionnelles. C’est le souhait de nos investisseurs, sur la base du retour des médecins, de renforcer la validation clinique. Dans les techniques standard, l’ablation est toujours réalisée au même endroit. Nous permettons de réaliser une intervention sur-mesure."

Efficience accrue

Volta Medical veut par ailleurs poursuivre sa R&D et mener de nouvelles études cliniques. "Tout en restant concentrés sur la démonstration de l’efficacité de notre solution pour les pathologies les plus complexes qui concernent la majorité des patients en FA persistante et de longue durée, nous projetons de diversifier nos produits, en développant des algorithmes aptes à traiter d’autres arythmies cardiaques et en améliorant les systèmes de communication de notre solution avec les équipements installés en blocs opératoires. Nous étudions des partenariats techniques avec des industriels qui les fabriquent pour accroître l’efficience des procédures."

En 2025, munie des résultats de son étude "Tailored AF", Volta Medical envisagera alors de déployer plus largement son logiciel, au-delà de l’Europe et des Etats-Unis. D’ici là, elle aura étoffé ses équipes pour atteindre une centaine de personnes, avec des ingénieurs développeurs, analystes de données et technico-commerciaux. L’arrivée dans son staff d’un directeur financier américain, John Slump, présenté comme un "serial entrepreneur des MedTech", conforte l’appréhension par l’entreprise des différences de réglementation à l’international et atteste de son changement de dimension sur un secteur où elle revendique toujours détenir une avance technologique.

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS