Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[FIC 2020] Thales, Orange, Capgemini et Atos s'engagent à soutenir le "campus cyber"

Le Forum International de la Cybersécurité, qui se tient à Lille, a été l'occasion pour Thales, Orange, Capgemini et Atos d'annoncer leur alliance avec l'Etat "pour apporter les premiers soutiens au lancement du cyber campus". Ce lieu, installé à ou près de Paris, a pour objectif de rassembler des experts en cybersécurité pour structurer cette filière et peser un peu plus face aux mastodontes étrangers.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Thales, Orange, Capgemini et Atos s'engagent à soutenir le campus cyber
[FIC 2020] Thales, Orange, Capgemini et Atos s'engagent à soutenir le "campus cyber" © Unsplash/Lysander Yuen

L'annonce d'un "campus cyber" avait provoqué de nombreuses interrogations. En novembre 2019, le PDG d'Orange Cyberdéfense et chef de file du projet, Michel Van Den Berghe, dévoilait quelques bribes de ce projet censé rassembler sur un même lieu des experts de la cybersécurité. Le Forum International de la Cybersécurité de Lille a été l'occasion d'en savoir encore un peu plus. Le 29 janvier 2020, Thales, Orange, Capgemini et Atos ont annoncé leur alliance avec l'Etat "pour apporter les premiers soutiens au lancement du cyber campus" et "à y installer des équipes et contribuer à son développement".

 

Bénéficier de l'attractivité de Paris

Ce projet entend proposer "un premier tiers-lieu opérationnel de près de 10 000 mètres carrés porté majoritairement par le secteur privé pour y colocaliser industriels, PME et start-up du secteur ainsi que services de l’Etat, laboratoires de recherche ou encore instituts de formation". Le campus sera situé dans Paris ou en petite couronne "afin de bénéficier de l'attractivité internationale de Paris et sa région". A terme, il devrait devenir "un nœud central d'un futur réseau d'antennes régionales".

 

Dès son ouverture, prévue pour début 2021, le campus accueillera entre "500 et 1000 spécialistes". Son financement sera assuré "au moins pour moitié" par des acteurs privés. La région Ile-de-France soutient également ce projet et apportera une contribution financière via son dispositif "Grands lieux d'innovation".

 

Pénétrer l'écosystème européen

"Avec les premiers engagements des industriels français et l’implication forte de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), [ce campus] va pouvoir se concrétiser. Il faut maintenant que les autres acteurs, notamment les start-up et les PME, rejoignent la dynamique", a déclaré Cédric O, secrétaire d'Etat au numérique, présent sur le FIC à cette occasion.

 

Au-delà de la France, l'objectif pour le campus est de pénétrer l'écosystème européen de la cybersécurité. Comme le rappelait le directeur général de l'ANSSI, Guillaume Poupard, sans l'Europe la France risque de se faire avaler par les "super cyberpuissances" et perdre toute souveraineté dans ce secteur, au risque de devoir "s'inféoder" à des Etats qui ne partagent pas les mêmes valeurs.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media