Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Finsecur, champion caché des objets connectés made in France ?

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Spécialiste de la sécurité incendie made in France, Finsecur annonce des détecteurs de fumée connectés… Reste à le faire savoir.

Finsecur, champion caché des objets connectés made in France ?
Finsecur, champion caché des objets connectés made in France ? © Finsecur

L’américain Nest (rachété par Google pour 3. 2 milliards de dollars) a encore bousculé un marché. Après avoir révolutionné le monde de la domotique avec son thermostat intelligent, il récidive avec un détecteur de fumée connecté. Et encore une fois,  en y ajoutant beaucoup d’intelligence et de design : indicateur lumineux, parole de prévention avant d’activer les alarmes, détection de gaz toxique…

Autant d’innovations qui obligent un des champions français de la sécurité incendie, Finsecur (250 personnes, 31 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013), à sortir de ses cartons ses technologies numériques pour éviter fausses alarmes, batteries en panne et maintenance intrusive. Car si la loi française du 9 mars et son décret d’application du 10 janvier 2011, ouvre à Finsecur le marché du grand public, en obligeant tous les propriétaires de logements (décret de mars 2012) à les équiper de détecteur avertisseurs autonomes de fumée (DAAF), et qu’un projet de co-entreprises devrait lui ouvrir en grand le marché domestique, c’est encore principalement sur le marché professionnel qu’opère l’entreprise de Nanterre.

Croissance externe et services

Finsecur a récemment opéré une série d’opérations de croissance externe pour plus de 7 millions d’euros, afin de se positionner sur le futur marché du démantèlement de quelque 7 millions de détecteurs de fumées à chambre d’Ionisation (DFCI), imposé par l’Autorité de sureté nucléaires (ASN), d’ici à fin 2017.

Des acquisitions de technologies et des partenariats avec des homologues européens, sont également en cours pour développer son marché pour les professionnels à l’export. En France, en 2013, Finsecur a signé pour plus de 3,5 millions de contrats pour équiper le siège d’Air France, ou la tour Carpe diem de Paris-La Défense.

Maitenance à distance

Mais Finsecur - qui est en cours de levée de fonds pour multiplier par quatre son chiffres d’affaires en 5 ans, en poursuivant son développement à l’international et sur le marché du service - vise aussi le marché des objets connectés. Et pour s’y faire un nom, il compte sur deux de ses caractéristiques.

D’abord son avance technologique : l’entreprise est née en 2000 de travaux menés à L’ESPCI-Paris Tech notamment par Jacques Lewiner. Et Finsecur investit toujours 10% de son chiffre d’affaires en travaux de R&D, menés dans un laboratoire basé près de Rouen. C’est de là que sortent les dernières innovations, comme le reporting des installations de sécurité incendie sur tablette durcie. Ou encore l’utilisation d’une appli de type Shazam pour interpréter les données de maintenance des détecteurs (nombre d’alertes, niveau de la batterie, degré d’encrassement des capteurs) transmises par signal sonore au lieu des habituels protocoles radio. Arrive aussi la possibilité pour les gestionnaires de parcs locatifs de vérifier l’état des détecteurs sans entrer dans les appartements, juste en captant les données depuis une tablette derrière la porte. Sans parler du détecteur résidentiel Calipso, au design de galet, connectable via la prise communicante Plug,qui devrait sortir sous peu des cartons d’Orange.

L’atout made in France

Finsecur compte également sur sa maîtrise d’une conception et d’une production "made in France", pour valoriser ses détecteurs connectés. "Si nos capteurs et centrales professionnels sont assemblés chez nous à Nanterre, les détecteurs domestiques sont produits en  moyenne série dans les sous-traitants électroniques français comme Asteel Flash, explique Christophe Bonazzi, co-fondateur et directeur général. Pour tous, nous nous organisions dès le départ pour produire en France."

D’ailleurs, tous les produits peuvent afficher le label "Origine France Garantie".  Ce devrait être aussi le cas des détecteurs grand public, d’entrée de gamme, produit par la future coentreprise. Un label, qui pourra faire la différence face aux produits chinois.

Aurélie Barbaux

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale