Actualité web & High tech sur Usine Digitale

FinTech : après le Canada, impak Finance lance sa première ICO en France... et compte bien tirer son épingle du jeu

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

impak Finance, la FinTech qui récompense les achats ayant un impact social positif, annonce une ICO en France en octobre 2018. Elle avait déjà lancé la première ICO conforme aux lois sur les valeurs mobilières au Canada en 2017. Concrètement, qu'est-ce qu'une telle utilisation de la cryptomonnaie apporte ? Réponse en 5 questions posées à Paul Allard. 

Après le Canada, impak Finance lance sa première ICO en France... et compte bien tirer son épingle du jeu
impak Finance va lancer une ICO en France en octobre 2018. Paul Allard revient sur les objectifs de la FinTech.

impak Finance, la FinTech franco-canadienne qui récompense les achats ayant un impact social positif, lance sa première ICO en France dès octobre 2018. Pour cela, impak Finance a annoncé le 5 juillet 2018, la pré-vente d’impak Coins, la cryptomonnaie dédiée à la marketplace qui encourage la consommation responsable, sur la plateforme PRE-IPO.

 

L’impak Coin pour une consommation responsable, c’est-à-dire ?
Notre volonté est de faire en sorte que le capital serve à améliorer le sort des humains et de la planète en plus de générer de la croissance économique.”, décrit Paul Allard, Co-fondateur et CEO d’impak Finance, interrogé par L'Usine Digitale. Pour cela, l’application impak qui permet d’échanger sur la marketplace www.impak.eco, prévoit un système de récompense aux consommateurs qui réalisent des achats auprès d’entreprises d’impact : producteurs locaux, services touristiques éco-responsables… toutes sortes de services recherchant dans leur activité le bien de la société et de l’environnement.

 

Inspiré par l’Impact Management Project, impak Finance, créée en 2016, se félicite d’avoir lancé en 2017, après avoir présenté son projet lors de multiples rencontres dans 12 villes du Canada, la première ICO réglementée en Amérique du Nord ayant pour but de contribuer au développement durable. "Nous avons levé plus d’1,4 million de dollars canadiens (soit un peu plus de 900 000 euros) en 30 jours fin 2017, majoritairement auprès de Français, d’ailleurs. C’est juste après que l’AMF française (l’Autorité des Marchés Financiers, ndlr) nous approchés", nous indique Paul Allard.

 

 

 

 

Comment ça fonctionne ?

Concrètement, impak Finance a lancé une application permettant d’accéder à une place de marché qui répertorie des entreprises, online ou offline, qui ont un impact social ou environnemental positif. L’application permet de voir en quoi elles sont compatibles avec les 10 principes du Global Compact des Nations Unies, autrement dit en quoi elles participent au développement durable.

"Les utilisateurs achètent des impak Coins, à valeur unitaire de 0,65€, et peuvent ainsi acheter des produits ou services à ces entreprises à impact via la plateforme. Ils ont, suite à leur achat, un retour, une récompense en impak Coins, qui correspond à l’heure actuelle à 5% du montant de la transaction" - ce pourcentage étant pour le moment très attractif pour encourager au maximum les consommateurs, il a vocation à baisser à 1 ou 2% dans les prochaines années.

 

Qui gagne quoi ?

Les consommateurs profitent d'un programme de fidélisation de récompense en cryptomonnaie, utilisable sur toutes les transactions, et la possibilité d’inviter ses propres fournisseurs sur la plateforme pour multiplier les avantages économiques.

Les entreprises, quant à elles, bénéficient de "transactions impact" moins chères que via d’autres systèmes de paiement (MasterCard, Visa…), d'un tableau de bord clair de son impact social environnemental et une qualification autre que la sienne, correspondant à un standard international. "Les données deviennent transparentes et traçables grâce à technologie blockchain et les entreprises manquent souvent de données fiables", d’après Paul Allard.

 

 

L'écosystème d'impak Finance

 

Quel business model ?

Pour subvenir à ses besoins, impak Finance s’y prend de deux manières, plutôt classiques. D’abord une commission est prise sur les transactions effectuées sur la plateforme. "La blockchain génère un demi impak Coin monétisable à chaque transaction. Mais ce n’est pas la plus grande partie de nos revenus. Les entreprises payent aussi un abonnement mensuel, pour utiliser le SaaS, une manière de louer leur tableau de bord de traçabilité." Un modèle économique double, donc, avec commissions et abonnements.

 

le canada, la france... mais encore ?

La FinTech réunit déjà près de 10 000 utilisateurs, ayant créé un compte, et plus de 40 000 entreprises à impact qui intéressent les consommateurs responsables. Une première ICO d’impak Coin, effectuée en 2017 au Canada, avait permis de lever 1,5 million de dollars canadiens soit plus de 900 000 euros au total, réunissant ainsi 2 300 investisseurs venant de pas moins de 80 pays différents. Aujourd’hui, Paul Allard confirme que 14 000 entreprises sont préqualifiées selon le label d’entreprise impact délivré par impak Finance, dont 7 000 françaises.

"Le marché français s’est très vite montré intéressé par le commerce à impact social et environnemental. C’est donc naturellement que nous lançons une ICO en France, précise le CEO d’impak Finance. Nous avons également privilégié Montréal et Paris car c’est bien sûr là que se trouvent nos contacts les plus influents. Nous avons déjà 2 gros clients à Paris, qui seront dévoilés prochainement et pourront rapporter 4 000 fournisseurs à la plateforme, et le plan 'French Impact' de Macron est tout à fait cohérent avec notre initiative." Et d'ajouter : "Mais notre ambition est de devenir au niveau international la place de marché de référence dans l’économie d’impact." D’après lui, la croissance de l’impak Coin suivra celle de l’économie d’impact, qui devrait continuer d’enregistrer une progression variant de 15 à 20% par an.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale