Firefox – Yahoo!, l'alliance des outsiders face au quasi-monopole de Google

En signant un partenariat avec Yahoo! aux Etats-Unis, Mozilla tente de s'affranchir de l'influence de Google, devenu son concurrent avec Chrome.

Partager
Firefox – Yahoo!, l'alliance des outsiders face au quasi-monopole de Google

Un autre moteur de recherche est possible. Et par extension, un autre navigateur aussi. C'est le message envoyé par Mozilla, qui vient de signer un partenariat stratégique de cinq ans avec Yahoo!. Le numéro 2 et le numéro 3 de leurs marchés respectifs s'unissent pour tenter de faire vaciller le numéro 1, Google, largement en tête (avec près de 90% de parts de marché dans la recherche et près de 50% dans les navigateurs, avec Chrome).

C'est l'outil de recherche de Yahoo! qui sera désormais mis en avant par le navigateur libre aux Etats-Unis, et non plus Google, qui avait cet avantage depuis la création de la firme au panda roux en 2004. Mais il ne s'agit en aucun cas d'un contrat d'exclusivité : dans le reste du monde, notamment en Europe, Google continuera à être le moteur de recherche par défaut de Firefox, et des dizaines de moteurs de recherche alternatifs seront disponibles, comme Yandex en Russie et Baidu en Chine. 61 moteurs de recherche au total seront proposés dans 88 langues par Mozilla, qui veut promouvoir la "liberté de choix" pour l'internaute.

Déclaration d'indépendance

Le deal Mozilla / Google rapportait environ 300 millions de dollars par an à la fondation à but non lucratif Mozilla, soit presque 90% de ses resSources. Une manne à laquelle se substitueront en partie les redevances payées par Yahoo!. Mais Mozilla ne veut pas être dépendant d'un seul acteur, quel qu'il soit. C'est pour cette raison que la fondation a annoncé l'arrivée discrète de la publicité dans les dernières versions de Firefox, pour tenter de diversifier ses sources de revenus. Un choix stratégique risqué qui ne manquera pas de susciter le débat parmi la communauté d'utilisateurs de Firefox, qui dénoncent régulièrement une approche trop commerciale et un design trop proche de ses concurrents.

Mais il en va de l'indépendance du projet, insistent ses promoteurs, qui ont bien compris qu'avec les scandales liés à l'espionnage des communications électroniques, le navigateur avait une carte à jouer. Mozilla tente de profiter de la vague de défiance à l'égard des grands acteurs du secteur pour faire valoir sa différence, en se présentant comme le navigateur le plus "digne de confiance" du marché. Elle a d'ailleurs lancé l'initiative Polaris pour permettre aux internautes de "reprendre le contrôle" sur leurs données personnelles.

Firefox avait su profiter du déclin d'Internet Explorer après 2010, mais cette dynamique a été enrayée par l'émergence rapide du navigateur Chrome. Firefox veut aujourd'hui reprendre sa marche en avant indépendamment des déboires de ses concurrents Microsoft et Google.

Sylvain Arnulf

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS