Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Fliggy (Alibaba) lance une plate-forme numérique hôtelière

Le géant chinois Alibaba a annoncé le 24 décembre le lancement d’une plate-forme de services à destination des professionnels du tourisme via sa filiale Fliggy. Objectif : connecter les hôtels et les voyageurs… en devenant la pierre angulaire de la réservation en ligne en Chine.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Fliggy (Alibaba) lance une plate-forme numérique hôtelière
Fliggy (Alibaba) lance une plate-forme numérique hôtelière © pxhere

Faire partie du quotidien des citoyens chinois, où qu’ils se trouvent. C’est le pari d’Alibaba et de ses différentes filiales, à l’instar d’Alipay, en cours de déploiement en Europe, continent visité par plus de dix millions de touristes chinois chaque année. Retour en Chine, où le géant de l’e-commerce s’attaque cette fois à la numérisation du secteur touristique.

 

Sa filiale dédiée aux voyages, Fliggy, a annoncé le 24  décembre le lancement de la Feizhu Hotel Alliance, avec pour objectif de "mieux connecter les hôtels indépendants chinois avec les consommateurs", selon le communiqué, qui indique que ce projet "vise à mieux servir les consommateurs chinois en ouvrant les outils et technologies d’Alibaba aux hôtels".

 

Digitaliser les petites structures... et capter leurs consommateurs

Concrètement, les hôtels, en adhérant gratuitement à cette "alliance", ont accès aux outils d’Alibaba et à près de 960 millions de consommateurs actifs annuels reliés à l’e-commerçant, via par exemple Alipay. Alibaba va leur proposer des solutions marketing et de gestion hôtelière, comme la réservation en ligne, avec la promesse d’augmenter le taux d’occupation de quelque 600 000 chambres d’environ 10%. La société souhaite permettre aux structures hôtelières de "tirer parti de son avantage dans le trafic en ligne pour augmenter leurs réservations et la notoriété de leur marque", selon Zhuang Hai, responsable de la division Fliggy’s Future Hotels.

 

Ainsi, les hôtels recevront des "étiquettes spéciales sur l'application Fliggy, tout en conservant leur marque et leur style d'origine", poursuit la société. De la visibilité donc en échange d’un programme d’affiliation qui permet à Fliggy de devenir une plate-forme de réservation et d’accéder ainsi à davantage de données. Et pour encourager les utilisateurs à s’abonner au programme, Fliggy va mener des campagnes incitatives, avec des réductions et des surclassements, mais également des avantages valables sur les autres plates-formes du groupe, comme le site de streaming Youku et l'application de billetterie Taopiaopiao.

 

Des velléités déjà connues dans l'hotellerie

Si le tourisme hors de Chine est l’un des axes de développement prioritaire d’Alibaba – tout comme celui de Tencent, son grand rival – la Chine reste un marché où beaucoup est encore à faire. "Il y a un milliard de personnes en Chine qui n'ont pas de passeport et 800 millions de personnes qui n'ont jamais pris l'avion", explique Fan Chi, vice-président d’Alibaba Group. Après avoir transformé le retail et la consommation, Alibaba souhaite désormais démocratiser le tourisme. Après les commerçants tiers donc, les professionnels du secteur. En tout, près d'un million d'hôtels et de logements indépendants, qui représentent plus de 85% de l'industrie hôtelière et chinoise, pour une valeur de marché s'élevant à près de 143 milliards de dollars, rappelle la firme.

 

A noter que l’intérêt d’Alibaba pour le secteur n’est pas nouveau. L’e-marchand a conclu des accords stratégiques avec des géants du tourisme comme Marriott ou Accor. Il teste par ailleurs son propre concept dans un prototype entièrement automatisé, baptisé le FlyZoo Future Hotel, dans lequel des robots servent les repas, répondent aux besoins des clients, et où l’ensemble des formalités se réalisent via une application et un système de reconnaissance faciale. Selon la société, 15 000 structures adhéreraient à la plate-forme, testée depuis septembre dernier. Fliggy vise 40 000 hôtels en 2020.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media