Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Foodles lève 31 millions d'euros pour moderniser la restauration collective avec ses frigo connectés

Levée de fonds Foodles a développé une offre de restauration collective reposant sur des réfrigérateurs connectés alimentés tous les jours par des plats de traiteurs. Les salariés peuvent se servir à tout moment dans la journée ou précommander leur repas via une application dédiée. Cette jeune pousse francilienne vient de boucler une levée de fonds en série B de 31 millions d'euros pour accélérer le déploiement de son offre qui a déjà conquis de grands groupes, tels que la SNCF, Gecina... 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Foodles lève 31 millions d'euros pour moderniser la restauration collective avec ses frigo connectés
Foodles lève 31 millions d'euros pour moderniser la restauration collective avec ses frigo connectés © Foodles

Réinventer la restauration collective face à la généralisation du télétravail dans le contexte sanitaire actuel. Voici le pari de la start-up Foodles qui vient d'annoncer une levée en série B de 31 millions d'euros. Le tour de table a été mené auprès d’InfraVia Growth et Bpifrance via son fonds Large Venture ainsi que de ses investisseurs historiques, Creadev, DN Capital et Adelie. 

Trois fois moins cher
Lancée en 2015 par Clément Bonhomme et Michael Ormancey, tous deux passionnés de gastronomie, Foodles a développé une nouvelle offre de restauration collective basée sur des réfrigérateurs connectés auxquels les employés peuvent accéder tout au long de la journée. La jeune pousse affirme que son offre est trois fois moins chère qu'une cantine classique et peut être installée en 48 heures. 

Les utilisateurs ont deux moyens de se restaurer : soit en se servant directement dans les frigo connectés à toute heure de la journée, soit en passant une commande sur une application dédiée la veille de 15 heures à 18 heures pour le lendemain. Dans le second cas, la commande sera reçue dans un sac le lendemain avant midi. 

Les recettes sont élaborées par les équipes de l'entreprise puis fabriquées par des traiteurs partenaires. Huit plats différents par jour sont proposés. Les prix ne dépassent pas 4,90 euros pour les plats et entre 1 et 2 euros pour les entrées et les desserts. 

Exploiter les données pour limiter le gaspillage 
Pour ouvrir le frigo, l'utilisateur doit scanner son QR code depuis l'application disponible sur iOS et Android. Il se sert puis renferme le frigo. Les plats choisis sont automatiquement fracturés grâce à des antennes RFID. Elles permettent de repérer chaque plat sur lequel est collé une puce et à envoyer l'information sur une plateforme dédiée. L'ensemble de ces données vont également servir à adapter l'offre de restauration en fonction de la quantité de plats achetés afin de limiter le gaspillage alimentaire. Ce système permet également d'obtenir une traçabilité complète des plats et de l'état des stocks en temps réel. 

Les réfrigérateurs sont fabriqués en France, promet Foodles grâce à des partenaires situés à Strasbourg pour les câbles, à Lyon pour la conception sur-mesure et en Vendée pour l'assemblage et l'intégration des pièces. 

Les préparateurs de commandes et les livreurs sont tous des salariés de Foodles en CDI. La jeune pousse travaille exclusivement avec des entreprises familiales ou de taille moyenne. Elle a aussi noué des partenariats avec des associations de réinsertion.

SNCF, Gecina, Ubisoft...
L'offre s'adresse aux entreprises à partir de 30 salariés, plus particulièrement pour les entreprises dont les locaux ne permettent pas de proposer facilement une solution de restauration collective à un prix raisonnable. Aujourd'hui, Foodles a déployé plus de 150 restaurants d'entreprises en France et en Belgique, à Bruxelles. Elle a ainsi conquis le Groupe SNCF, La Monnaie de Paris, Oddo BHF, Gecina, la Ville d’Issy-les-Moulineaux ou encore Ubisoft. Ce qui correspond à 25 000 salariés. 

Marquée par un bouleversement des habitudes, l'année 2021 a été porteuse pour Foodles qui a multiplié par deux son parc client ainsi que son chiffre d'affaires. Elle vise désormais un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros d'ici 2025. 

Basé à Clichy, Foodles souhaite continuer à déployer son offre en France et en Europe en recrutant des équipes locales afin d'adapter son offre culinaire aux usages locaux. Pour réussir ce pari, les effectifs de son unité de R&D et de production culinaire vont être multipliés par trois. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.