Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Foodtech : la France a tout pour réussir

BioTech, FinTech, eSanté… : l'innovation technologique ouvre la voie à de nouveaux marchés pour les industries traditionnelles. Le secteur agro-alimentaire amorce aussi sa transformation avec le mouvement Foodtech. Et si la France, reconnue partout dans le monde pour sa gastronomie, devenait championne de ce secteur émergent ? Pour Isabelle de Crémoux, présidente du fonds de capital risque Seventure Partners, notre pays a des atouts à faire valoir.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Foodtech : la France a tout pour réussir
Foodtech : la France a tout pour réussir

FoodTech : la vision d'avenir d'un besoin primaire

Production, transport, transformation, distribution, consommation : les maillons de la chaîne agro-alimentaire sont nombreux et les consommateurs toujours plus exigeants en termes de qualité, de choix et de prix. Autant d'axes de développement, d'amélioration et donc d'innovation potentiels pour les acteurs, au sens large, du secteur agro-alimentaire : agriculture, industrie agro-alimentaire, distributeurs, etc.

 

Au niveau mondial, les acquisitions et investissements reflètent d'ailleurs ce foisonnement., représentant plusieurs milliards de dollars. Si, naturellement, des géants de l'industrie agro-alimentaire tels que Kellogg's et Coca-Cola sont très représentés parmi les investisseurs, des acteurs issus d'autres secteurs n'hésitent pas à miser sur l'avenir de l'alimentaire ou le bien-être.

 

C'est le cas par exemple de Google Ventures, qui a récemment investi dans Juicero (jus de fruits frais), ou encore de Bill Gates qui soutient, parmi d'autres investisseurs, le développement de la société Impossible Food et ses viandes et fromages à base de plantes.

 

Les (déjà) nombreuses initiatives de la French FoodTech

Tout le monde s'accorde à dire que la part de l'agro-alimentaire dans la production de la richesse nationale est en chute libre. C'est vrai en proportion. Mais, selon Agreste (service statistique du ministère de l'Agriculture), "à prix constants, la part de l'agriculture dans le PIB en 2010 est sensiblement la même qu'en 1980". La raison de cet écart : une baisse constante des prix des produits agricoles depuis 25 ans. Pour autant, la France reste de loin la première puissance agricole d'Europe, représentant plus de 75 milliards d'euros.

 

En d'autres termes, et malgré un net recul dans la part des exportations mondiales, l'Hexagone occupe aujourd'hui la position idéale pour devenir champion de la FoodTech. Pays de la "bonne bouffe" par excellence, la France peut aussi bien s'appuyer sur son écrasante domination de l'agriculture en Europe que sur des institutions à la hauteur et reconnues au niveau international. Comme c'est par exemple le cas de l'INRA (Institut National de la Recherche Agronomique), dont les travaux, notamment dans l'alimentation et la santé ou encore de l'agriculture, sont suivis et reconnus partout dans le monde.

 

Pour les "jeunes pousses", la France dispose donc du terreau idéal. La création de nombreuses startups dans le domaine en atteste : Nutrionix (réduction du sodium alimentaire), Agricool (fraises cultivées toute l'année en container), Wise pack (emballage comestible) ou encore Kokoji (produits sans gluten), pour n'en citer que quelques-unes. Tandis que les pouvoirs publics soutiennent également le secteur avec plusieurs initiatives parmi lesquelles le Hub SmartFood Paris, visant à favoriser l'émergence les startups food dans la capitale, et du tout jeune écosystème FoodTech Dijon Bourgogne-Franche-Comté, dont l'objectif est de faire de la préfecture de la Côté d'Or la capitale de la FoodTech.

 

FoodTech : un futur prometteur

Ce que l'on appelle aujourd'hui le digital, mais plus largement les technologies, a donné ces dernières années un coup d'accélérateur à l'innovation dans la très grande majorité des domaines. Naturellement, l'agriculture et l'alimentaire ne sont pas restés sur le bord de la route et ont subi de profondes mutations. Certaines très visibles voire presque incroyables avec par exemple des tracteurs qui se conduisent tout seuls à l'aide d'une balise GPS !

 

Derrière ces innovations visibles et évidemment emblématiques de ce début de XXIè siècle, se cachent des potentialités business majeures, répondant à des enjeux, dont pour certains paradoxalement issus de l'amélioration du niveau de vie au siècle dernier : population mondiale en hausse, malnutrition dans certaines régions du globe, augmentation importante des populations souffrant d'allergies (alimentaires notamment), ou encore du nombre de cas de maladies chroniques cardio-vasculaires et métaboliques (cholestérol, diabète…).

 

Isabelle de Crémoux, Présidente du Directoire de Seventure Partners

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale