Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Foodvisor, l’application qui propose d’aider à mieux manger

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La start-up Foodvisor, qui propose un suivi alimentaire personnalisé, compte se développer en Europe. Portrait d’une jeune pousse innovante et dynamique qui vient de lever 1 million d'euros.

Foodvisor, l’application qui propose d’aider à mieux manger
Foodvisor, l’application qui propose d’aider à mieux manger © Foodvisor

Né d’un projet de recherche en 2015 à Centrale Paris, Foodvisor a été imaginée par trois étudiants, Charles Boes, Yann Giret et Gabriel Samain. Leur objet d’étude était notamment de travailler sur des algorithmes capables de reconnaître différents aliments. "La nutrition est tellement importante, et en même temps l’accès à l’information n’est pas toujours complet. Souvent les gens qui s’intéressent à la nutrition sont ceux qui veulent perdre du poids", remarque Aurore Tran, co-fondatrice de l’application, qui a rejoint le trio.


De là, les fondateurs de Foodvisor ont  entrepris d’élaborer une solution qui consisterait en un suivi alimentaire qui se démarquerait des autres applications, par une détection automatique des aliments en les prenant en photo, ou plus classiquement en scannant un code de barre, ou encore en saisissant manuellement l’aliment.


Plus qu’une application, un coach alimentaire

La version gratuite de l'application permet le suivi de l’alimentation et de scanner/prendre en photo les aliments. Depuis février 2018, une version payante, plus poussée est également disponible. Outre un bilan quotidien, elle propose  la possibilité d’interagir par chat avec une diététicienne, de personnaliser un régime et d'avoir accès à des fiches conseils en lien avec ses objectifs. "Nous aidons les consommateurs à savoir ce dont ils ont besoin, pour rééquilibrer leur alimentation. Il y a aussi un côté éducatif, en suggérant à faire de meilleurs choix. Nous voulons que cette application devienne un coach alimentaire", indique Aurore Tran.

L’abonnement, mensuel, revient à 4,99 € pour un an, 6,99 € pour six mois ou 9,99 € par mois.La start-up travaille également en marque blanche avec une tout autre solution : un système de facturation de plateaux repas en restauration collective.


Une levée de fonds d'1 M€

Foodvisor compte 12 salariés, auxquels s’ajoutent deux diététiciennes. Le chiffre d’affaires de 2017 est de 300 000 euros. Depuis juin 2018, la jeune pousse a intégré le programme de Facebook au sein de Station F, jusqu’en novembre 2018. Et après une première levée de fonds l’an dernier, Foodvisor vient d’en annoncer une nouvelle, d’un million d’euros, auprès de Kima Ventures, le fonds d’investissement lancé par Xavier Niel, de Bpifrance et d’autres business angels de premier plan.

Cette opération permettra le recrutement de 3 ou 4 personnes en design, support, diététique et recherche. L’objectif est d’exporter rapidement le concept au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie et en Espagne. Pour ce faire, Foodvisor se fera aider par l’équipe d’Apple Europe dans le cadre de l’application Forme et Santé, couplée avec l’application.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale