Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Foxconn ou INCJ : Sharp tergiverse encore un mois

Le fleuron japonais de l’électronique Sharp joue les prolongations en se donnant encore un mois pour choisir entre les offres concurrentes de reprise du taiwanais Foxconn et du fonds souverain INCJ. Une façon de faire monter les enchères et mettre la pression sur Tokyo.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Foxconn ou INCJ : Sharp tergiverse encore un mois
Foxconn ou INCJ : Sharp tergiverse encore un mois © D.R. - Sharp

C’est le soulagement au Japon. Du moins pour un temps. Contrairement à l’information diffusée par la télévision publique NHK et reprise par de nombreux journaux, dont L’Usine Digitale, Sharp n’a pas encore choisi de remettre son destin entre les mains de Hon Hai Precision Industry, plus connu sous le nom de Foxconn. Lors d'une conférence de presse  le 4 février 2016 au siège du groupe, le groupe d’Osaka, qui constitue l’un des trois fleurons de l’électronique nipponne aux cotés de Sony et Panasonic, a tenu à préciser qu'il a simplement décidé d’engager des négociations avec deux des candidats à sa reprise : le géant taiwanais de la sous-traitance électronique et le fonds souverain INCJ (Innovation Network Corporation of Japan), soutenu par le gouvernement japonais. Il se donne encore un mois pour faire son choix. 

 

Inclination de la direction pour Foxconn

"Nous sommes très chanceux d’avoir autant d’offres proactives, a déclaré le président Kozo Takahashi. Nous allons les examiner attentivement sous diverses perspectives pour l'ensemble de nos actionnaires." Des propos rapportés par le journal The Japan Times. Le patron de Sharp n’a pas caché son inclinaison pour l’offre de Foxconn, indiquant accorder davantage de ressources à l’examen de cette option en raison des synergies industrielles potentielles qu’elle offre. Mais il ne ferme pas pour autant la porte à INCJ.

Sharp invite les deux candidats en lice à évaluer plus en détail ses activités et à lui faire de nouvelles propositions. Kozo Takahashi pose deux conditions : pas question de priver le groupe de son activité emblématique dans les écrans LCD, pas question non plus de toucher au personnel. Un message qui s’adresse à INCJ dont le projet est de changer le management et de détacher les activités d’écrans LCD, d’électroménager et de panneaux solaires pour les fusionner avec celles de Japan Display, Toshiba et Solar Frontier.

 

INCJ incité à revoir son offre

Le groupe d’Osaka se sent en position de force pour faire monter les enchères et confirmer les garanties déjà offertes par Terry Gou, le patron de Foxconn, sur le maintien de la direction, du personnel et de l’intégrité de l’entreprise. Kozo Takahashi met ainsi la pression sur le gouvernement japonais. Si Tokyo veut à tout prix conserver le contrôle de Sharp au Japon, il va devoir revoir l’offre d’INCJ. La balle est dans son camp. Mais pour l’instant, c’est Foxconn qui a l’avantage.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media