France 2030 : le gouvernement annonce de nouveaux moyens pour la santé numérique

Un an après le lancement de la stratégie d'accélération du numérique en santé, issue de France 2030, et fort de son succès, les ministres de la Santé et de la Recherche ont dévoilé les premiers lauréats des appels à projets et annoncé une enveloppe supplémentaire de 48,4 millions d'euros pour mettre davantage de moyens dans la formation à ces nouvelles pratiques pour les professionnels.

Partager
France 2030 : le gouvernement annonce de nouveaux moyens pour la santé numérique

Le gouvernement veut “accélérer la mise en œuvre” de France 2030, le plan massif d’investissement pluriannuel doté de 54 milliards et dévoilé en grande pompe par Emmanuel Macron en octobre 2021, à en croire la Première ministre. Dans un entretien avec Les Échos jeudi dernier, Élisabeth Borne a indiqué que 8,5 milliards d’euros avaient déjà été engagés et que ce montant devrait atteindre les 20 milliards d’ici à la fin 2023.

Et la santé numérique n’est pas en reste puisque le ministre de la Santé, François Braun, et la ministre de la Recherche, Sylvie Retailleau, ont annoncé lundi depuis Lyon de nouveaux moyens dans la cadre de la stratégie d’accélération de la filière, issue de France 2030. Cette feuille de route a trois objectifs : encourager la transition d’une médecine curative vers une approche préventive, favoriser l’émergence d’un écosystème de la santé numérique et de traiter les données de santé de manière sécurité et éthique. Cette feuille de route "sera le gage d'une entrée durable du numérique dans nos pratiques de santé", a déclaré le ministre de la Santé.

Aussi, ce sont 670 millions d’euros qui ont été initialement mis sur la table pour accompagner les acteurs de la filière et les usagers, de la formation à la recherche, en passant par l’évaluation et l’expérimentation. “Le numérique en santé est un levier majeur pour fluidifier le parcours de soin et améliorer la qualité des traitements”, souligne David Sainati, coordinateur interministériel de la stratégie d’accélération au sein de la délégation ministérielle au numérique en santé (DNS), à L’Usine Digitale.

Un an après son lancement, le bilan est très positif : 9 dispositifs (appels à projets ou appels à manifestation d’intérêt) ont ainsi vu le jour, récompensant 61 projets lauréats pour un montant total déjà engagé de près de 150 millions d’euros. “Ça montre à quel point on a mis le turbo”, a expliqué explique David Sainati, qui fait état d’un “engagement de l’écosystème puissant”. Selon lui, ce “succès fou” s’explique par le “tour de France” effectué par la DNS pour présenter ces dispositifs et par la large consultation publique qui a été menée en amont. "La stratégie a réussi à concentrer l'écosystème de la santé numérique" et "s'est concrétisée rapidement", s'est félicité François Braun.

Accent sur la formation

Fort de ces bons résultats, le gouvernement a même décidé d’allonger le budget alloué à la stratégie par une nouvelle enveloppe de 48,4 millions d’euros. Cet argent devra permettre de renforcer les efforts en matière de formation aux usages du numérique en santé pour inciter à leur adoption. “C’est le nerf de la guerre”, explique le coordinateur interministériel. “Les bénéfices pour les patients ne seront pas réels si les outils ne sont pas utilisés”, ajoute-t-il.

Aussi, cette nouvelle enveloppe devrait permettre de faire l’objectif de 70 000 étudiants en études médicales et paramédicales formés à ces nouvelles pratiques par an à 100 000 étudiants — soit 83 % des étudiants engagés dans cette filière. "Un tiers des futurs professionnels de santé n'était pas ciblés" précédemment, a fait remarquer la ministre de l'Enseignement supérieur, citant notamment les aides soignants, les auxiliaires de puériculture et les aidants professionnels. "Nous ne pouvions pas considérer que certains doivent être formés au numérique et d'autres non", a-t-elle ajouté. Le 10 novembre dernier, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et le ministre de la Santé ont par ailleurs rendu cet enseignement obligatoire dès la rentrée 2024.

Ce nouveau budget servira également la formation des experts du numérique en santé, en continu notamment, et à la formation de "médiateurs numériques" pour accompagner les aidants familiaux.. “Recruter des ingénieurs et des juristes en santé numérique en France est très compliqué”, note David Sainati. “On ne peut pas faire de la France un terrain attractif si on n’a pas le vivier de talents”, ajoute-t-il.

Accompagner l’innovation

La stratégie d’accélération ne concerne pas uniquement la formation, mais souhaite également s’attaquer au sujet de l’évaluation clinique, “condition indispensable à l’accès au marché de ces innovations”. "Une innovation qui a une chance de réussir est une innovation qui a fait ses preuves", a souligné François Braun, précisant que, en la matière, il fallait accélérer pour ne pas prendre de retard et ne pas se contenter d'une "vitesse de croisière". Les ministres ont ainsi dévoilé les 15 projets qui seront accompagnés financièrement dans ces phases d’essai, qui peuvent coûter “entre 500 000 et 1 million d’euros”, constate David Sainati.

Ce sont 11,3 millions d’euros qui seront déboursés par Bpifrance qui a par ailleurs ouvert son guichet pour l’édition 2023 de cet appel à projets. “On est les seuls à faire ça, c’est très risqué, mais c’est crucial pour développer un secteur pérenne”, indique le coordinateur interministériel qui sait à quel point il peut être compliqué de convaincre des investisseurs en amont de ces essais cliniques.

Et puisque le “marché n’a pas de place pour des gadgets”, un autre appel à projets, “Tiers lieux d’expérimentation” va permettre à ses 10 premiers lauréats de tester des dispositifs de santé numérique dans des “structures sanitaires et médicosociales”, comme l’hôpital ou la pharmacie, pour mettre à l’épreuve les technologies naissantes face aux besoins réels des acteurs sur le terrain et des usages dans une démarche de co-conception. "Ce n'est que le début", a ajouté le ministre de la Santé, précisant que 30 "tiers lieux" seront sélectionnés d'ici à 2025 pour un montant d'aide de plus de 63 millions d'euros.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS