Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

France Digitale Tour : la start-up Crealettres fait écrire les enfants... et séduit le public d'Aix-en-Provence

Aix-en-Provence accueillait l'étape du France digitale Tour mardi 17 mai. L'occasion pour les 11 start-up de la région de présenter leur projet devant le jury. Avec son concept basé sur la correspondance épistolaire, la start-up Créalettres a particulièrement séduit. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

France Digitale Tour : la start-up Crealettres fait écrire les enfants... et séduit le public d'Aix-en-Provence
France Digitale Tour : la start-up Crealettres fait écrire les enfants... et séduit le public d'Aix-en-Provence

Coup de cœur de l’étape du France digitale Tour, qui se tenait au Grand Théâtre de Provence à quelques mètres de l’événement e-commerce Shake, la start-up Crealettres a séduit en 15 minutes, chrono en main. Parti du constat qu’en fin de primaire, un enfant sur cinq ne sait pas lire, Rémy Perla a développé le produit "Rêve aux lettres".

 

Le concept, simple, consiste à établir une correspondance épistolaire avec les enfants abonnés. "Les enfants reçoivent une lettre qui leur raconte une histoire. Ils doivent alors répondre et au fil des échanges, l’histoire évolue en tenant compte des réponses de chaque enfant", explique le fondateur Remy Perla devant le jury et le public. Basé sur une équipe composée d’un écrivain, d’un illustrateur, d’un graphiste, d’ingénieurs et sur un logiciel de rédaction intelligent, le produit s’adresse aux enfants âgés de 5 à 12 ans. Aujourd’hui, 12 000 enfants sont abonnés. Lancé en 2013 suite à deux campagnes de crowdfunding, la start-up connait une croissance de 5000% et a multiplié par 10 son chiffre d’affaires.

 

En remettant la correspondance épistolaire au cœur de l’apprentissage, Crealettres va à contrecourant de la digitalisation tout azimut et fait figure d’ovni parmi les autres compétiteurs de ce concours national.
 

Un grand Cru

Parmi les autres concurrents, SmartHeal fait mouche. La start-up toulousaine surfe sur le tourisme médical, un marché estimé à 60 milliards de dollars en 2013 et qui devrait atteindre 200 milliards en 2025 (soit 18,9% de croissance par an). "On cherche des hôpitaux grâce à du data mining, et on s’attache à la qualité et au prix du soin", explique de fondateur David Servais. Le but étant de mettre en relation des patients internationaux, atteints de pathologies ou de maladies, avec le meilleur service hospitalier.

Au total, 11 start-up ont présenté leur projet mardi après-midi, dans les loges du Grand théâtre de Provence, devant le jury d’investisseurs composé de 360 Capital Partners (Laura Roguet), Partech Ventures (Boris Golden), Breega Capital (Maximilien Bacot), Olivier Mathiot (CEO, Priceminister/Groupe Rakuten), Orange (Yann Kandelman) et Bpifrance (Marion Aubry), et la SNCF (Valère Rames). A l’arrivée, le vainqueur repartira avec avec 1,5 million d’euros, dont 500 000 sous la forme d’un prêt de bpifrance. Prochaine étape : Lille le 1er juin. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media