Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Free ne croit pas à une bataille de la 4G à Noël

Pour Iliad, les résultats sont au très beau fixe en cette rentrée de vacances. L’opérateur en a profité pour préciser certains points sur le marché. Sur la 4G par exemple, où il ne croit nullement à une bataille avant 2014.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Free ne croit pas à une bataille de la 4G à Noël
Free ne croit pas à une bataille de la 4G à Noël © D.R.

"Ne partons pas sur l’idée que le combat de Noël sera sur la 4G". Ainsi parlait ce matin Maxime Lombardini, DG du groupe Iliad, la maison mère de Free, qui présente des résultats semestriels impressionnants : chiffre d’affaires de 1,8 milliard d’euros (+27 %), bénéfice de 586 millions d’euros (+40 %). Le petit opérateur qui monte est devenu un acteur qui compte avec plus de 10 % de parts de marché dans le mobile. Un acteur qui peut se permettre de moquer ses concurrents, qui rivalisent de marketing autour de la 4G depuis le printemps déjà. Il faut dire qu’Orange, SFR et Bouygues Telecoms cherchent par tous les moyens à reprendre la main sur leurs abonnés mobiles de plus en plus tentés par Free (1,6 million de nouveaux abonnés pour ce dernier au 1er semestre 2013, soit un total de près de 6,8 millions).

Qu’on ne s’y trompe pas, Free fait de la 4G une de ses priorités. Simplement, il n’en fait pas un défi de fin d’année. Pour Maxime Lombardini, la bataille de Noël ne se jouera pas sur ce créneau où les terminaux coûtent encore trop cher et alors que "40 % du parc de mobiles en France est encore en 2G." Pour les fêtes de fin d’année, Free préfère travailler sur un moyen plus efficace de proposer des terminaux à ses abonnés que le crédit à la consommation. Mais il ne livre pour l’instant aucun détail.

Et si Iliad entrait au CAC 40…

En attendant, les brillants résultats de l’opérateur font bruisser la toile d’une nouvelle rumeur : celle de son entrée au CAC 40. Le conseil scientifique des indices Nyse Euronext doit en effet étudier cette semaine d’éventuelles entrées et sorties. On avait jusque-là plutôt évoqué l’entrée de Dassault Systèmes, le retour d’Alcatel-Lucent et le départ de ST Microelectronics. Et malgré un capital flottant a priori trop peu important pour une telle opération, les chiffres parlent en faveur d’Iliad. "Ce n’est pas un sujet pour nous", commente pourtant Thomas Reynaud, directeur financier et du développement. Reste que la présence de Free au CAC 40 poserait une belle cerise sur le gâteau déjà très appétissant de ses résultats. De quoi donner quelques hauts le cœur à la concurrence.

Emmanuelle Delsol

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale