Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Freescale renforce sa R&D à Toulouse, mais confirme les licenciements

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Alors que l’arrêt des activités de production sur le site de Freescale Toulouse est toujours confirmé, le groupe américain conforte les activités de R&D sur ce même site. "Depuis le début de l’année, 52 personnes, principalement des ingénieurs, ont été recrutés, pour renforcer les équipes toulousaines de R&D, qui occupent déjà 500 personnes", souligne, Denis Blanc, directeur du site toulousain de Freescale. Ces équipes travaillent à la mise au point de nouvelles générations de puces de technologie analogique, notamment dans les domaines de l’automobile (systèmes "start and stop", contrôle de charge de batteries…), des radiofréquences et des capteurs.

En parallèle, les activités de production devraient être poursuivies au-delà de la fin de l’année, au moins sur plusieurs semaines. "J'ai en effet annoncé dernièrement qu’il n’y aurait pas de notification de licenciement avant le 31 décembre prochain. Cette décision a été prise pour répondre aux besoins de certains de nos clients de constituer des stocks avant l’arrêt définitif des lignes de production", précise Denis Blanc.

Cet engagement qui vient se substituer à celui annoncé précédemment qu’il n’y aurait pas de notification de licenciement avant le 1er octobre 2011. Pour la direction, ce report ne remet pas en cause la décision de fermer l'atelier de production, pour des raisons d’obsolescence des lignes de produits.

Rappelons que la direction américaine du groupe Freescale avait annoncé dès le 22 avril 2009 sa décision d’arrêter l’ensemble des activités de production de ce site toulousain, d’ici la fin de l’année 2011. "Nous avons encore du mal à fixer précisément la date exacte de cet arrêt, mais rien est changé sur le fond", insiste Denis Blanc.

Cette décision doit se traduire par la suppression de 820 emplois sur Toulouse. La priorité pour la direction du site toulousain, qui assure que plus de la moitié des effectifs concernés a déjà trouvé une solution de reclassement, reste de trouver des solutions pour l’ensemble des personnels concernés.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media