Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Freescale Semiconducteurs ouvre un nouveau laboratoire à Toulouse

Investissement
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×


Le groupe américain Freescale Semiconducteurs (1 890 salariés sur Toulouse, dont  840 ingénieurs et cadres) et le Laas-CNRS (Laboratoire d'Analyse et d'Architecture des Systèmes) viennent d'inaugurer à Toulouse leur nouveau laboratoire commun : le Lispa (Laboratoire d'Intégration des Systèmes de Puissance Avancées).

La création du Lispa s'inscrit dans la poursuite d'un partenariat engagé depuis 10 ans entre la firme américaine et le laboratoire toulousain du CNRS, avec la création successive de deux premiers laboratoires communs, le LCIP 1 et le LCIP 2 (chacun pour une durée de 3 ans), dont les travaux sur les circuits intégrés de puissance ont donné lieu à 15 brevets et se sont notamment traduits par l'industrialisation sur le site toulousain de Freescale, d'une nouvelle génération de relais électroniques pour l'automobile, la gamme de produits E-Switch.

« Avec le Lispa, l'objectif est d'optimiser encore les technologies silicium pour des applications plus exigeantes en tension » précise Jean-Louis Chaptal, directeur recherche et développement chez Freescale et co-responsable du nouveau laboratoire, avec Maryse Bafleur, directrice de recherche au Laas-CNRS.

Ce nouveau laboratoire commun, qui occupe une vingtaine d'ingénieurs et chercheurs, a été ouvert à un troisième partenaire, le LCC (Laboratoire de Chimie de Coordination), un autre laboratoire toulousain du CNRS, qui apporte son expertise en synthèse nouveaux matériaux.

Le Lispa compte mobiliser un budget global de 15,3 millions d'euros sur 3 ans, dont 1,4 millions d'euros apportés par l'Etat. La Région, le Département et le Grand Toulouse participent également, à hauteur de 550 000 euros chacun. 

De notre correspondante en Midi-Pyrénées, Marina Angel

 
media