Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

French Tech DeepNum20, le nouveau programme pour les deep tech

Semi-conducteurs, robotique, 5G, quantique, cloud, cybersécurité ou intelligence artificielle sont les secteurs que le nouveau programme French Tech DeepNum20 entend mettre à l'honneur. La Mission French Tech ouvre ce nouveau label, qui prend le même format que les French Tech Green20 et French Tech Agri20, destiné à soutenir un vingtaine de jeunes pousses.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

French Tech DeepNum20, le nouveau programme pour les deep tech
Les robots Skypods de la start-up française Exotec.

Avec French Tech DeepNum20, la Mission French Tech entend soutenir les jeunes pousses opérant dans des secteurs jugés prioritaires dans le plan France 2030. Ce nouveau programme, calqué sur les French Tech Green20 et French Tech Agri20, ouvre les candidatures pour la première promotion le 29 juillet 2022. Les dossiers peuvent être déposés jusqu'au 21 septembre.
 

Un programme pour de jeunes start-up

Sont visées les jeunes pousses dans les secteurs de la nanoélectronique, des puces électroniques, de la robotique, du cloud, de la 5G, de l'intelligence artificielle, des technologies du quantique, du "verdissement du numérique" et de la cybersécurité. Ces secteurs ont été mis en avant, et jugés comme essentiels, à l'occasion de la présentation du plan France 2030 qui a mis les deep tech à l'honneur.

Contrairement au French Tech 120 et au Next40, qui rassemblent "des start-up avec des modèles économiques confirmés, sélectionnées principalement sur des critères de performance économique", ces programmes annexes "s'attachent à sélectionner des start-up plus jeunes  portant des projets disruptifs à forte composante technologique", détaille Louis Fleuret, directeur adjoint de la Mission French Tech. Pour postuler, le siège social de la start-up doit être situé en France et l'entreprise doit être indépendante, ce qui signifie posséder au moins 51% de son capital.

Une pré-sélection suivie d'auditions

Dans un premier temps, les candidatures seront étudiées par les équipes de la Mission French Tech, de la direction générale des Entreprises et du ministère de l'Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique. A ce niveau, "les dossiers des start-up sont étudiés sur la base d’une analyse du potentiel réel de marché, du caractère innovant de la technologie, de son potentiel de développement et de sa capacité à apporter des solutions en réponse à des grands enjeux, tels que la souveraineté technologique ou la transition écologique", précise Louis Fleuret.

Après une pré-sélection, "40 à 50 start-up seront invitées à passer des auditions devant un jury qui rassemble des personnalités issues de la recherche, d’une grande entreprise, d’une start-up emblématique, d’un incubateur et/ou d’un fond d’investissement", ajoute-t-il.

Un accompagnement personnalisé

Sur le modèle des deux autres programmes, les start-up intégrant le French Tech DeepNum20 vont bénéficier d'un accompagnement d'une durée d'un an. Celui-ci comprend un accès privilégiés au réseau des correspondant French Tech mis sur pied pour les start-up labellisées French Tech 120. Ces derniers sont présents dans une soixantaine d'administrations et services publics et permettent aux start-up de trouver rapidement des réponses à leurs questions ou de faire remonter les problèmes rencontrés. Les start-up vont également bénéficier d'une "intégration dans certaines actions de diplomatie économique et des actions de visibilité."

Comme les autres programmes, le but est donc d'accompagner les start-up et non pas de les financer. En la matière, plusieurs outils ont déjà été mis en place pour la deep tech et les start-up industrielles, qui peuvent avoir plus de mal à trouver des financements. Le French Tech DeepNum20 peut aider les jeunes pousses à se tourner vers le bon interlocuteur.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.